Méditation

L’espérance venue de Dieu

Culte du dimanche 18 octobre 2020
Officiante : Michelle Raynaud, prédication rédigée par le pasteur Philippe Privat

Accueil et louange

Bonjour à tous,
« Seigneur notre Dieu, nous nous rassemblons autour de toi, telle une famille qui se réunit autour de son père. Envoie ton Saint-Esprit pour qu’il crée en nous la foi et nous conduise à la vérité parfaite, Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur… Maître de nos vies.
Merci pour les choses familières : le pain, le vent, la terre et l’eau ; pour les hommes simples en qui tout est lumière ; pour la musique et le silence…pour le rythme et le repos.
Merci pour la paix qui vient de toi.
Merci d’être si proche en ton Fils Jésus-Christ. Amen.

« Tu nous connais tous Seigneur par notre nom…
nous sommes importants pour toi…
nous sommes écrits sur la paume de ta main.
Nous t’en prions Seigneur :
puissions-nous – de notre côté – apprendre Ton nom
Te connaître avec nos cœurs et en vivre pleinement
Te chanter, t’adorer
et T’aimer comme tu nous l’as révélé en Jésus-Christ…
Oui, Seigneur.

Repentance, pardon et volonté de Dieu

Nous confessons nos péchés en disant :
« Je lève mes yeux vers Toi Seigneur ! Mes doutes – mes angoisses m’effraient-
Je suis nourrie chaque jour du spectacle d’un monde agité où les hommes se déchirent – veulent faire taire l’autre, au prix du sang et de la haine – le dialogue se tarit….!
Je lève encore les yeux pour percevoir ta Lumière depuis le bouillard qui m’étreint et là… tout au fond de moi – une voix me fait dire : (Je suis comme le 1er homme appelé Adam ; J’ai péché et je suis nue devant Dieu ; Je suis comme Pierre qui avait juré qu’il ne te connaissait pas). Je ne suis pas digne de Ton grand amour.
Humblement Pardon Seigneur de tous mes nombreux péchés et de tous ce qui est mauvais en mon cœur…. ! Amen

Dans Esaïe 43 à partir du verset 1, il nous est dit :
« Ne crains rien, car je t’ai racheté, je t’ai appelé par ton nom : tu es à moi. Car je suis l’Éternel, ton Dieu, ton Sauveur. Parce que tu as du prix à mes yeux et que je t’aime, ne crains rien, car je suis avec toi ».
Et dans Osée 2 : « Je m’attacherai à toi pour toujours ; Je te conduirai dans la solitude, je te parlerai cœur à cœur… Je ferai de toi la porte d’espérance – En ce jour-là, dit le Seigneur, mon Nom sera amour – Et je ne saurai plus m’en donner d’autres…- Je m’attacherai à toi pour toujours, par la justice et le droit, par la tendresse et l’amour….- Je t’attacherai à moi pour toujours, et tu connaîtras mon Nom. Merci mon Seigneur et mon Dieu pour tes Paroles qui nous relèvent. Amen

Nous lui appartenons mais nous devons le suivre…
« Dieu seul peut créer, mais il nous appartient de mettre en valeur ce qu’il crée.

  • Dieu seul peut donner la vie, mais il nous appartient de la transmettre et de la respecter.
  • Dieu seul peut donner de croire, mais il nous appartient d’être un signe de Dieu pour notre frère.
  • Dieu seul peut donner d’espérer, mais il nous appartient de redonner confiance à notre frère.
  • Dieu seul peut donner d’aimer, mais il nous appartient d’apprendre à aimer notre frère.
  • Dieu seul peut donner la paix, mais il nous appartient de réunir.
  • Dieu seul peut donner la force, mais il nous appartient de soutenir.
  • Dieu seul peut donner la joie, mais il nous appartient de sourire.
  • Dieu Seul est la Lumière, mais il nous appartient de la faire briller pour notre frère.
  • Dieu seul se suffit à lui-même, mais il a voulu avoir besoin de chacun de nous, (de toi comme de moi !).
  • Dieu a voulu avoir besoin de chacun de nous !
    La volonté de Dieu est que chacun de nous s’approprie son projet, et que nous participions ensemble à sa réalisation. Amen

Lecture de la Bible

Dieu notre Père, fais-nous oublier les mots usés, arrache-nous aux phrases creuses.
Donne-nous une parole de femme ou d’homme qui sache répondre, une parole qui sache interroger.
Donne-nous une parole vivante, modelée par la Parole de ton Fils, notre frère et notre modèle.
Père miséricordieux, fais grandir en nous le désir de chercher premièrement ton Royaume de justice et d’amour.
Accorde-nous force et persévérance afin que nous y parvenions à la suite de Jésus-Christ, Ton Fils. Amen

Evangile de Luc 21, 5-33

Prédication

La prédication que nous allons partager date de l’automne 2001 (19 ans). Toujours d’actualité, elle est de notre ancien pasteur Philippe Privat.

Une nouvelle fois encore, les évènements que nous vivons sur un plan international nous interrogent : « Ne sommes-nous pas entrain de vivre ces signes de la fin des temps dont nous parle Jésus dans les Évangiles ? Cette période troublée, que nous connaissons est-elle une nouvelle étape dans la déstabilisation du monde et sa disparition » ? Peut-on continuer encore longtemps dans cette course en avant qui génère des situations incontrôlables qui sont autant de bombes à retardement.

Toutes ces questions, et bien d’autres, nous les portons au quotidien de manière consciente ou inconsciente. Elles peuvent provoquer en nous un certain malaise. Il est bon alors de s’arrêter ce matin sur ce texte de Luc et de bien entendre ce que nous dit l’Évangile.

La première des choses que l’on peut remarquer, c’est qu’il s’agit d’un avertissement aux disciples face à une situation inéluctable. Jésus ne dit pas « il va peut-être se passer ceci, mais peut-être ce sera cela…», il ne parle pas avec des « si » : « si vous faites cela alors… par contre si… » La parole de Jésus est affirmative. Il dit : « Voilà ce qui va se passer et voilà quelle doit être votre attitude ».

Nous préférons, c’est sûr, les paroles qui laissent sous-entendre que tout n’est pas perdu et qu’il y a une possibilité de changement. C’est rassurant d’entendre quelqu’un relativiser une situation qui peut nous paraître dramatiquement fermée. Nous aimons bien nous faire peur, mais nous aimons par-dessus tout savoir qu’il a une possibilité d’échapper à la menace.
Or dans notre texte, Jésus ne laisse pas place au relatif. Ses paroles sont d’autant plus dures que rien ne semble pouvoir faire éviter la catastrophe qui vient.

Bien sûr, nous pouvons dire que ce texte est écrit à la manière de toutes les apocalypses que nous trouvons dans la Bible. Il s’agit de révélation et non de discussions à partir de scénarios possibles. Le ton est dur et c’est voulu.
Les paroles sont là pour montrer qu’il y a une logique de mort et qu’elle emporte tout sur son passage. Cette destruction atteint tout le monde et les chrétiens ne sont pas épargnés. Violences, souffrances de toutes sortes, désolations, le tableau est apocalyptique.
Il nous montre que l’homme ne peut en aucune manière espérer trouver quelque chose de bon, et encore moins de salut, dans cette logique de mort. Son salut est ailleurs. Il est dans celui qui vient, le fils de l’homme.

Dans ce monde troublé, en quoi, en qui, mettons-nous notre espérance et notre salut ?

Il y a des logiques de mort qui ne peuvent qu’entraîner la violence et la souffrance. Pour Jésus, le Temple de Jérusalem était le symbole d’un système qui courrait à sa perte. Dans la destruction du Temple, c’est tout le ce système et sa prétention qui s’effondrent.
Mais que dire de toutes ces choses aujourd’hui que l’homme ne cesse d’inventer pour, finalement, engendrer pouvoirs et richesses et j’en passe… ! N’y a-t-il pas des systèmes diaboliques qui nous sont présentés comme autant de sources de notre salut alors qu’ils sont, de réelles logiques de mort :
Faut-il parler des effets pervers de la mondialisation ?
Faut-il parler des OGM et de l’utilisation perverse qui peut en être faite au détriment de l’environnement et de l’économie des pays pauvres ?
Faut-il parles des systèmes financiers tordue, des endoctrinements de toutes sortes, des logiques d’exploitations et d’asservissements ?
Faut-il parler du pétrole, de la guerre, et de toutes ces choses qui ne cessent d’apporter l’injustice et la souffrance dans notre monde confus et si fragile ?
La parole apocalyptique de Jésus est claire : « En tout cela, il n’y a aucune espérance de salut et ceux qui le feraient croire sont des menteurs et des imposteurs.

Mais il faut faire une seconde remarque et c’est elle qui finalement est l’essentielle.
L’Évangile n’est pas l’annonce d’une catastrophe mais la proclamation d’une Bonne Nouvelle. Dans toutes ces paroles sombres, terribles – et notre monde est lui aussi, sombre et terrible – dans toutes ces paroles il y en a une fondamentalement positive :
C’est sur elle que doit reposer notre attente et notre espérance.
Cette parole, c’est l’annonce de la venue du fils de l’homme, c’est la proclamation du règne de Dieu, ce sont ces petits bourgeons qui annoncent que l’été est proche.
A quoi un texte apocalyptique servirait-il s’il n’avait comme visée d’annoncer une délivrance ? L’annonce de cette délivrance et la mise en garde dont nous venons de parler sont valables pour nous aujourd’hui comme elles l’étaient pour les lecteurs auquel Luc s’adressait.

Aujourd’hui autant qu’hier, aujourd’hui plus qu’hier, nous sommes au centre de logiques de mort qui peuvent à tout moment nous atteindre et nous faire souffrir comme elles atteignent et font souffrir bien des hommes et des femmes et des enfants sur cette terre.
Aujourd’hui autant qu’hier, aujourd’hui peut-être plus qu’hier, il nous faut être vigilant et ne pas succomber aux discours flatteurs de systèmes qui engendrent le mal.
Aujourd’hui autant qu’hier, aujourd’hui peut-être plus qu’hier, il nous faut lever les yeux vers le ciel et attendre la délivrance et le salut qui ne viendront que de Dieu.
Qu’il nous soit donné d’avancer sur notre route avec confiance et remplis d’Espérance en Celui en qui nous croyons. Amen.

Confession de foi

Je vous invite maintenant à vous unir à cette confession de foi adaptée selon Jean:
Jésus-Christ est le pain de vie – Celui qui vient à lui n’aura jamais faim, et celui qui croit en lui n’aura jamais soif. (Jean 6,35)
Jésus-Christ est la lumière du monde ; celui qui le suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. (Jean 8,12)
Jésus-Christ est la porte des brebis. Si quelqu’un entre par lui, il sera sauvé ; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages. (Jean 10,7)
Jésus-Christ est le bon berger. Il connaît ses brebis, et elles le connaissent, comme le Père le connaît et comme il connaît le Père ; et il donne sa vie pour ses brebis. Ses brebis entendent sa voix ; il les appelle par leur nom, il les conduit dehors, il marche devant elles ; et ses brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix. (Jean 10,14)
Jésus-Christ est la résurrection et la vie. Celui, qui croit en lui vivra, quand même il serait mort. (Jean 11,25)
Jésus-Christ est le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par lui. (Jean 14,6)
Jésus-Christ est le vrai cep, et son Père est le vigneron. Celui qui demeure en lui et en qui il demeure porte beaucoup de fruit, car sans lui nous ne pouvons rien faire. (Jean15,1)
Amen.

Offrandes et annonces

Prière d’intercession

Seigneur, notre Dieu, nous avons besoin que nos peurs soient accueillies quand nous perdons pied, mais nous pouvons être celui ou celle qui accueille la peur de l’autre quand nous sommes rassurés.
Dieu vivant, viens faire de nous, les demeures de ton Saint-Esprit. Embrase l’Église entière du feu de ton amour, afin que cessent bientôt ses divisions, et qu’elle proclame fidèlement ta Parole de vérité.
Anime de ton Esprit l’Église dans laquelle tu nous as appris à te connaître.
Accorde à chacun de nous, de porter les fruits de l’Esprit : l’amour, la joie, la paix, la patience, la douceur, la maîtrise de soi, la fidélité.
Soutiens de ta force les victimes d’une épreuve ou d’une injustice et de tous ceux qui vivent des drames comme les ravages dans le Var et par ailleurs
Inspire tous ceux qui luttent contre le mal et la souffrance.
Préserve de la haine et de la guerre tous les peuples et leurs dirigeants, et crée une vraie communauté des nations par la puissance de ton Saint-Esprit.
Restaure la justice et la paix dans le monde.
Donne-nous des saisons favorables et des récoltes suffisantes pour la nourriture de tous les hommes.
Exauce notre prière, pour l’amour de Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur, qui vit et qui règne avec Toi….
Tous ensemble, Notre Père…

Bénédiction

Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous débordiez d’espérance, par la puissance du Saint-Esprit.
Amen !