Newsletter

Bulletin spécial n°14 – 21 mai

Informations pratiques

Nous avons partagé ce matin du Jeudi de l’Ascension un culte téléphonique commun aux quatre paroisses de l’Ensemble Dauphiné-Vivarais. La prédication était apportée par la pasteure stagiaire Nathalie Patonnier. Le texte de son message peut être dès à présent demandé auprès du pasteur ou de Michelle Raynaud.

Samedi 23, à 18h, le culte diffusé par RCF (90.9 FM à Annonay) est animé par les pasteurs Jane Stranz (Courbevoie) et Laza Nomenjanahary (Paris). eglise-protestante-unie.fr/actualite/ecouter-le-culte-le-23-mai-sur-rcf-21490

Dimanche 24, les rendez-vous habituels sont proposés :

Rendez-vous ce dimanche 24 à partir de 10h pour notre temps de culte habituel.

Le site Internet de la paroisse est en maintenance pour quelques jours. Nous espérons qu’il sera très rapidement à nouveau accessible. Merci pour votre compréhension !

Prière

Seigneur, c’est de toi, en cet instant, que nous venons recevoir l’espérance et le secours, au cœur de notre vie si belle, si compliquée, si menacée et si fragile.
Bénis sois-tu : Tu es celui qui nous dégage de la glaise originelle et qui nous donne la Vie.
Qu’il est heureux de prendre le temps de nous mettre en ta présence !
Nous désirons d’abord te déposer ce qui est lourd à porter, ce qui nous encombre :
Nous te déposons nos montres-bracelets et le tic-tac de nos horloges, les pages de notre calendrier : nous te remettons le poids des jours et des heures écoulées.
Nous te déposons la boule qui s’est formée au creux de notre ventre, celle de nos peurs et de nos angoisses quand nous constatons que l’avenir reste incertain.
Nous te déposons les lambeaux de notre existence : les plaies béantes et les déchirures. Toutes ces choses que nous n’avons pas pris le temps de bien soigner, de guérir.
Aussi, nous te déposons nos mots de trop et de travers, les blessures que nous avons infligé aux autres et pour lesquels nous n’avons pas encore osé demander pardon.
En Jésus-Christ, toi, Dieu d’amour tu t’es fait notre serviteur.
Tu nous aimes comme on n’a jamais aimé.
Tu nous accueilles et tu nous pardonnes !
Ton règne est un règne éternel, ton pouvoir dure à travers tous les siècles.
Tu tiens fidèlement tes promesses, tu es plein d’amour dans tout ce que tu fais.
Tu soutiens toutes les personnes qui sont tombées et tu remets debout tous ceux qui fléchissent. (Ps 145, 13-14)
Loué sois-tu !
Père, rassemblés devant toi, nous te présentons notre monde :
Nous te confions celles et ceux qui ont repris le chemin du travail ou bien de l’école et qui tâtonnent peut-être un peu, qui cherchent leur place dans cette étrange nouveauté.
Nous te confions celles et ceux pour qui rien ne change. Celles et ceux qui poursuivront leur vie en regardant par la fenêtre sans pouvoir sortir, parfois à cause de la maladie, d’une dépression, d’un handicap, d’une addiction dévorante…
Donne-nous Seigneur, un esprit de sagesse et de discernement qui nous permette d’allier, en ce temps, prudence et solidarité. Que ton Esprit nous rende clairvoyants et courageux, et créatifs aussi. Que soient dé-confinés notre altruisme, notre empathie, notre instinct de préservation et notre capacité d’émerveillement et de reconnaissance !
Nous te confions celles et ceux que nous avons découverts (ou redécouverts) pendant ce temps de confinement : un voisin ou une voisine ; un ou une membre de notre famille, un ami ou une amie, … Nous te citons leurs noms, dans le secret de notre cœur.
Amen.

Pasteure Eloïse Deuker (EPU Valentigney Mandeure Mathay),
pour l’instant communion du lundi 11 mai.

Pour se changer les idées

Chez les chrétiens orthodoxes (et dans une certaine mesure chez les catholiques), les iconographes ont un ministère catéchétique ; les icônes qu’ils peignent vont aussi avoir des fonctions liturgiques et faire l’objet de la dévotion des fidèles, autant d’éléments très éloignés de nos habitudes luthéro-réformées. Pourtant, nous pouvons concevoir qu’une image transmette des idées théologiques.

A l’heure où les « mandalas » sont à la mode, notamment pour tromper la longueur des heures, petits et grands peuvent « donner du sens » à une activité de coloriage, par exemple en ajoutant de la couleur à des dessins tirés de récits bibliques. Bien qu’en anglais, le site supercoloring.com/coloring-pages/christianity-bible, donne de nombreuses trames, rangées dans différentes rubriques.

Dans un autre style, toujours en anglais, un peu moins accessible car avec davantage de textes et faisant parfois référence à des habitudes ecclésiales un peu différentes des nôtres, vous pouvez trouver quelques dessins à colorier sur cartoonchurch.com/content/cc/category/colouring-pages/

Prolongement du culte du dimanche 10 mai

Nous avions réfléchi autour de 1 Pierre 2,1-10. J’ai trouvé un très beau « mini-culte » réalisé par mes collègues de Roubaix-Tourcoing Sandrine Maurot et de Valentigney-Mandeure-Mathay Eloïse Deuker, sur 1 Pierre 2,4-9. Je vous recommande de l’écouter, la perspective est différente et très enrichissante.

Pour écouter le culte : podcloud.fr/podcast/egliseprotestanteunieroubaixtourcoing/episode/pierres-amassees-pierres-rejetees-pierres-accordees-mini-culte-du-dimanche-10-mai-2020

Il y est fait mention de plusieurs sculptures d’Auguste Rodin, dont celle qui a pour titre La cathédrale. Pour en savoir plus sur la sculpture : musee-rodin.fr/fr/collections/sculptures/la-cathedrale

Introduction aux textes bibliques de ce dimanche

Au début du livre des Actes des apôtres chapitre 1, versets 12 à 14), l’auteur nous rappelle la composition des « Douze » (ou plutôt des Onze, après le suicide de Judas). Cette liste me fait penser aux minutes qui précèdent nos cultes par téléphone, durant lesquels les uns et les autres disent leur nom. Oui, pour qu’il y ait communauté, il faut que l’on connaisse le nom des uns et des autres. Nos églises, étymologiquement, naissent d’un appel adressé à chacune et chacun ; Dieu, qui s’adresse à nous par notre nom, ouvre devant nous un espace pour exister. Nous venons donc, avec tout ce qui nous distingue, tout ce qui nous caractérise, mais notre rassemblement n’est pas qu’une juxtaposition de singularités ; il est constitution d’un corps unique et uni. C’est pourquoi Jésus (en Jean 17,1-11) prie pour l’unité : celle des croyants entre eux, mais aussi celle des croyants avec lui le Christ, et avec son Père. L’unité n’est ni uniformité, ni fusion/intégration dans laquelle nos identités disparaîtraient… C’est une bénédiction supplémentaire, que nous pouvons faire rayonner dans notre monde.

Bien fraternellement,

Pasteur David Veldhuizen

NB : ne sont diffusés sur le site Internet que des extraits de la newsletter.