ACCUEILACTUALITESFORUMMEDITATIONACTIVITES
DECOUVRIRSOLIDARITELA CIMADEORGANISATION EGLISETHEOLOGIE FORMATION
JOURNAL EDVECHOS...Partages bibliques
EGLISE PROTESTANTE UNIE DE FRANCE ANNONAYDimanche 26 Janvier 2020Contact:
 
ECHOS...Partages bibliques
  • ECHOS...Partages bibliques
  •  Revenir à la rubrique 
    21.11.2019 - Partage biblique oecuménique à la Résidence des

    ...Sur le thème « Qu’est que la vérité »
    Proverbes 30 v. 1-9 d’après A. maillot et Mr Lelièvre.

    * Les paroles sont d’Agour, fils de Yaqé de Massah. Qui est-il ?… On peut se demander s’il a été autrefois enseigné, et maintenant ne sait plus quoi croire, ne vit plus, ce qu’il a appris et remet en cause les enseignements reçus. Ou alors, il reçu, des informations, nouvelles qu’il a du mal à intégrer à son système de pensée.

    * Il s’humilie vraiment : « Je n’ai pas d’intelligence humaine » (v.2) « Je suis le plus bête de tous les hommes ».

    * On sent qu’il a vécu des épreuves « Je suis à bout » (v.1), à la limite de sa résistance.
    Les questions du v.4 font penser aux interrogations contenues à la fin du livre de JOB. Mais, dans ce livre, la perspective était différente. Dieu les posait à un humain, Job ; Ici, c’est un humain qui les pose. L’homme n’a pas la possibilité d’y répondre. Ces domaines sont hors de sa portée. La création du monde, les vents, les eaux ? l
    - Les idées divergent, suivant les options scientifiques ou religieuses. D’ailleurs, est-il si important d’y répondre ?

    * Le verset 5 parle des paroles d’Eloha (El, Eloha ou Yahvé) différents noms de Dieu, pour en dire qu’elle est -éprouvée- et en même temps un -bouclier-
    Éprouvée, cela veut-il dire infaillible ?
    La Bible a été inspirée par le Saint-Esprit, mais écrite par des hommes qui ont vécu des circonstances différentes. Beaucoup font le clivage entre Ancien Testament et Nouveau Testament. En fait, l’ancien Testament contenait déjà des paroles révolutionnaires pour son temps et, en filigrane, le plan du salut.

    * La parole s’est transmise majoritairement de façon orale. La Bible a été traduite en une multitude de langues. La notion d’écriture reste minoritaire. Accès à quelque chose que Dieu veut nous dire.
    - Les textes se sont d’abord transmis par oral ; le passage à l’écriture s’est fait ensuite. Cela a pris plus longtemps pour l’Ancien Testament que pour le Nouveau. Les histoires de Jésus racontées par des évangélistes différents s’adressent à des communautés différentes. La fixation des textes du NT a été plus rapide mais des choses ont pu être omises. Dans l’AT, nous pouvons aussi, par exemple, entre les livres des Rois, les Chroniques, et Samuel discerner les différences de perspective : les rois sont souvent les mêmes, mais vu sous des angles différents.

    * Les versets 7-8 présentent une prière « Éloigne… de moi l’illusion et la parole mensongère ». On peut faire une distinction entre les deux termes.
    - L’illusion vient de l’intérieur (nous nous faisons des illusions) - la parole mensongère viendrait de l’extérieur. En fait, question de conscience. La parole mensongère, est-ce nous qui la disons ? – Est-ce quelqu’un d’autre qui nous la dit ?

    * les politiques, par le biais des médias, peuvent axer l’attention sur un sujet, pour faire oublier tous les autres sujets difficiles. Ne serait-ce pas une forme de parole mensongère ?
    - Nous pouvons nous faire des illusions sur nos propres capacités. Nous n’avons pas dans ce cas, conscience de nos limites. Cela vient de nous. Le problème vient quand on ne réalise pas assez vite que ce sont des illusions.

    * le verset 9 précise ce dont nous avons besoin pour que ce soit plus facile d’avoir un bon rapport avec Dieu : le pain nécessaire. La richesse amènerait à nier Dieu, et la pauvreté pourrait conduire au vol, ce qui porterait atteinte à la gloire de Dieu.

    * L’auteur donne plusieurs noms à Dieu, mais ne les invente pas. Dans l’AT, divers noms permettaient d’insister sur différents facettes de Dieu. « El » était aussi le nom d’une divinité vénérée par le peuple des Cananéens. « Eloha » permettait de nommer le Dieu d’Israël, surtout dans les livres qui racontent l’histoire d’un croyant étranger, à Israël « YHWH » est le tétragramme, imprononçable selon la tradition juive et parfois transcrit par le Yahvé. Cette idée d’universalité renverrait à ce que dit l’apôtre Paul à propos des chrétiens de culture juive ou païenne, effaçant par ailleurs la distinction entre hommes libres et esclaves, hommes et femmes.

    * Dans une réflexion de Michel Serres, citée après le texte biblique, la vérité est considérée comme proportionnelle au volume de travail exigé pour y parvenir. Ce n’est pas exact dans tous les cas : il faut parfois aussi beaucoup de travail pour construire un mensonge…. !

    Hélène Argaud





    Site hébergé par annonay.org
    l'Internet Associatif du Pays d'Annonay