ACCUEILACTUALITESFORUMMEDITATIONACTIVITES
DECOUVRIRSOLIDARITELA CIMADEORGANISATION EGLISETHEOLOGIE FORMATION
JOURNAL EDVECHOS...Partages bibliques
EGLISE PROTESTANTE UNIE DE FRANCE ANNONAYDimanche 26 Janvier 2020Contact:
 
MEDITATION
  • MEDITATION
  •  Revenir à la rubrique 
    Vendredi 22.11.2019 « Culte autrement » Église Protestante Unie d’Annonay

    « Évangéliser / Témoigner, par où commencer ? »

    Première partie

    • Accueil
    • Louange
    • Chant : Souffle
    • Chant : Grandes et merveilleuses
    • Chant : Entends mon cœur
    • Lecture de Luc 15,11-32
    • Temps de prière en silence

    Deuxième partie

    • Présentation du thème et de l’animation
    - Le quotidien de nos églises « traditionnelles » en Europe est marqué par le déclin, pour tout un ensemble de raisons. Dans notre communauté, certains termes semblent absents : évangélisation, mission, etc. Certains nous font peur, mais au-delà des questions de terminologies, n’est-ce pas un mouvement qui est à identifier, à vivifier ?
    - Le commandement de Jésus en Matthieu 28 est une motivation ; la joie que nous espérons sincère est aussi quelque chose qui se multiplie par le partage (multiplication…), alors n’est-il pas nécessaire de repenser à cela ?
    - Pour plusieurs, la France terre d’évangélisation. Exemple de la mission DJEEP de Lyon avec pasteurs brésiliens payés par la mission norvégienne ; lien avec églises locales.
    Il ne s’agit pas d’imiter certains courants, mais au moins de nous informer et de nous laisser questionner par eux…
    - Nous accueillons Sarah, jeune Annonéenne catholique, partie au printemps dernier pour trois mois dans une « école d’évangélisation » d’une communauté charismatique catholique au Brésil (plusieurs sœurs consacrées actives à Lyon).
    - Pour information, le charismatisme correspond à différents courants du christianisme, qui mettent tous l’accent sur les charismes ou dons du Saint-Esprit tels que Paul les évoque dans plusieurs de ses lettres, tels aussi qu’ils se sont manifestés lors de la première Pentecôte chrétienne. Ces dons sont des preuves recherchées d’un baptême par l’Esprit. Historiquement, on date du début du vingtième siècle la naissance du pentecôtisme. Dans les années 60, un « renouveau charismatique » suscite un « réveil » au sein des églises existantes de nombreuses dénominations (catholiques, protestantes, orthodoxes…) ; enfin, un mouvement néo-charismatique se développe depuis les années 1980. Ils représenteraient plus de 600 millions de croyants dans le monde.
    • Témoignage de Sarah
    • Travail en petits groupes sur le texte d’Alain Arnoux


    Chapitre « La vie ordinaire de l’Église », extrait du livre « Vous avez dit évangélisation ?» du pasteur Alain Arnoux (Olivétan, 2014)

    « §28. « Faire de l’évangélisation » est une expression impropre, car elle laisse entendre que l’Église fait là quelque chose qui sort de son ordinaire. L’évangélisation c’est d’abord le « vivre avec ». C’est pourquoi elle passe d’abord par la vie des membres de l’Église locale, qui partagent les mêmes préoccupations que l’ensemble de la population du lieu où ils vivent. Elle passe par la vie ordinaire d’une communauté bien enracinée localement, plus que par l’action « parachutée » de personnes ou de groupes extérieurs, même si ce type d’action peut être utile au service du témoignage dans la durée d’une communauté et de ses membres. Les mots de paroisse et de paroissiens se justifient alors (et seulement dans ce cas-là), selon l’étymologie grecque : ceux qui vivent avec, mais en étrangers (paroikeô : habiter auprès de, vivre au milieu de, résider comme étranger). L’Église locale, la paroisse, les paroissiens sont les vrais premiers acteurs de l’évangélisation.
    §29. L’évangélisation est un « être » plus qu’un « faire ».
    §30. Aucune action concertée d’évangélisation (« mission », exposition, concert, festival, etc.) n’a de sens ni ne « réussit » sans l’engagement personnel et sans le soutien des membres de l’Église locale (invitation de personne à personne, etc.) et sans lien de continuité avec la vie ordinaire de cette Église. Il faut être bien conscient de ceci : l’expérience la plus courante montre qu’il suffit actuellement qu’une manifestation soit organisée par une Église chrétienne, même en recherchant et en donnant toutes les garanties de « laïcité » et de qualité possibles, pour que le public s’en détourne spontanément, sans même vouloir se donner la peine de l’examiner : il flaire la visée ‘conversionniste’, il ne croit pas à une entreprise désintéressée. Par conséquent, ces manifestations n’attirent le plus souvent presque que des convaincus ou des gens qui ne demandent qu’à l’être, tout comme on l’observe dans les meetings politiques. Ces manifestations sont utiles pour réveiller, remobiliser, encourager les chrétiens et pour soutenir, renouveler, stimuler la vie ordinaire de l’Église locale. Si l’Église locale et ses membres se mettent au même plan que ceux qu’ils cherchent à intéresser, alors il y a vrai partage d’Évangile.
    §31. De manière générale, nos concitoyens sont assez tolérants envers toute annonce ordinaire de l’Évangile dans le cadre des cérémonies de l’Église ou des relations personnelles, s’ils la sentent authentique, en lien avec le vécu, ouverte, humble et désintéressée. Ce qui ne veut pas dire qu’ils vont s’y intéresser…Ils supportent beaucoup moins que les chrétiens sortent de la « sphère privée ». Ce qui ne veut pas dire qu’il faille toujours se l’interdire.
    §32. Avec le témoignage personnel des chrétiens dans la vie ordinaire, c’est donc avant tout la vie ordinaire de la communauté chrétienne qui est une forme de témoignage, quelles que soient la taille, la moyenne d’âge, la composition sociale de cette communauté. Or proclamer, ou proposer, l’Évangile au monde est la raison d’être de la vie ordinaire de l’Église. Toute la vie de l’Église, toutes ses activités, tous ses ministères entrent dans cette perspective et doivent être repensés dans cette perspective, là où cela a été oublié. La vie de l’Église est évangélisation, et l’évangélisation est la vie de l’Église, et non un plus ou une option. L’Église n’a pas de vie propre, sa vie doit être sans cesse offerte. Cultes, rencontres bibliques, catéchèse (pour enfants, adolescents et adultes), groupes de maison, rencontres conviviales, journal et autres moyens d’information…tout doit être offert et ouvert à toute la population, et non réservé aux foyers connus et enregistrés de l’Église. »

    Questions :
    - Après le témoignage de Sarah et la lecture de ce texte, quelles idées me plaisent le plus ?
    - Quelles sont celles qui me dérangent ?
    - Qu’est-ce qui m’interpelle pour ma paroisse ?
    En groupe, rédiger une ou deux phrases d'intention de prières concernant notre témoignage, intentions qui seront intégrées à la prière d'intercession.

    • Synthèse en plénière

    Groupe 1 :
    Le témoignage et le texte nous rappellent que nous faisons déjà de l’évangélisation ; par exemple par les visites que nous assurons. Peut-être devons-nous assumer à nouveau ce mot, peut-être nous appartient-il de renverser la connotation négative qu’il a actuellement dans notre société (c’est d’ailleurs une pratique courante de certains groupes qui « retournent » des qualificatifs péjoratifs en identité positive). Nous relevons aussi l’importance de la prière communautaire. Nous pourrions sûrement développer de tels temps dans notre Église locale.

    Groupe 2 : Nous avons été dérangés par le fatalisme qui transparaît au §30. Nous avons aussi pensé à certains mouvements (Témoins de Jéhovah…) et les pratiques telles que le porte-à-porte. De telles pratiques nous semblent éprouvantes, cela nous invite peut-être à savoir nous-mêmes être accueillants ; et apparemment de telles pratiques sont relativement fructueuses. On peut se sentir bien même quand les portes se ferment ! Dans un groupe bien soudé et constitué, nous relevons l’attention à porter à l’accueil de nouveaux.
    Groupe 3 : Si le témoignage est notre vie communautaire, nous nous rappelons que celle-ci n’est pas exemplaire ; prenons garde à ce que personne ne s’embête en venant à une activité d’église ! Il faut associer les activités périphériques (chorale…) à notre vie d’Église ; il faut du familial, du vivant, du dynamique. Avec le §29, nous pensons que notre foi doit « couler de source » et « transpirer ». Avec le §32, nous considérons que tout doit être clairement offert et ouvert. Il nous faut aussi tenir compte du fait que l’Évangile nous bouscule !

    Troisième partie

    • Chant : Je crois et j’espère
    • Offrande
    • Annonces
    • Intercession (intégrant entre crochets les intentions rédigées ensemble) et Notre Père
    Seigneur notre Dieu, tu as créé l'être humain à ton image, et ton Fils Jésus est venu en être humain sur notre Terre.
    Nous savons donc que tu connais ces réalités que sont la tentation, l'épreuve, la souffrance.
    Nous savons donc que tu es aux côtés de l'humanité à chaque instant, et en particulier pendant les difficultés.
    Nous savons aussi que l'humanité peut être regardée avec amour et avec bonté.
    Nous te demandons aujourd'hui de nous faire ressentir ta présence dans nos doutes, nos questionnements, nos révoltes ; pour que nous déposions ce qui nous pèse auprès de la Croix.
    [Inspire-nous Seigneur de ton Esprit pour nous inciter à rendre témoignage de notre foi.]
    [Seigneur, que nous soyons encouragés à partager ta Parole ; à être moins timides hors de nos Églises.
    Accompagne-nous dans notre façon d’être.]
    [Encourage les chrétiens à témoigner, avec la force que tu nous donnes. Apprends-nous à lutter contre l’individualisme. Que l’Esprit nous aide à témoigner et à communiquer auprès de toutes les générations.]
    Seigneur notre Dieu, tu sais bien que nous avons parfois du mal à trouver les mots pour te parler, alors ton Fils nous a donné une prière, pour guider notre dialogue.
    Nous te disons tous ensemble : Notre Père...
    • Bénédiction
    • Chant : De mon Seigneur






    Site hébergé par annonay.org
    l'Internet Associatif du Pays d'Annonay