ACCUEILACTUALITESFORUMMEDITATIONACTIVITES
DECOUVRIRSOLIDARITELA CIMADEORGANISATION EGLISETHEOLOGIE FORMATION
JOURNAL EDVECHOS...Partages bibliques
EGLISE PROTESTANTE UNIE DE FRANCE ANNONAYDimanche 26 Janvier 2020Contact:
 
MEDITATION
  • MEDITATION
  •  Revenir à la rubrique 
    Prédication du dimanche 27 Octobre 2019 au Temple d’Annonay

    Prière :
    Au Ps. 18…David dit : « Je t’aime, Seigneur »…il livre ce mot à notre méditation…avec le risque de la routine et de l’usure…il le livre pour que nous le répétions jusqu’au jour où le Saint-Esprit lui donnera la clarté de la nouveauté…
    Alors ce mot-là se mettra à brûler comme un feu et nous découvrirons que ce mot vient du Christ qui vit en nous…
    Seigneur, que cette méditation nous apporte à tous…le message de la Vie après la mort. Amen !

    Lectures Bibliques : Apocalypse 7 verset 9 à 17

    « La foule immense…Après cela je regardai encore et je vis une foule immense : personne ne pouvait compter tous ceux qui en faisaient partie. C’était des gens de toute nation, de toute tribu, de tout peuple et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l’agneau, habillés de robes blanches et avec des branches de palmier à la main.
    Ils criaient d’une voix forte : Notre salut vient de notre Dieu, qui est assis sur le trône, ainsi que de l’Agneau !
    Tous les anges se tenaient autour du trône, des anciens et des quatre êtres vivants. Ils se jetèrent le visage contre terre devant le trône, et ils adorèrent Dieu en disant : Amen l La Louange, la Gloire, la Sagesse, la Reconnaissance, l’Honneur, la Puissance et la Force sont à notre Dieu pour toujours ! Amen.
    L’un des anciens me demanda : Qui sont ces gens habillés de robes blanches et d’où viennent-ils ? – Je lui répondis : C’est toi qui le sais, mon Seigneur. – Il me dit alors : Ce sont ceux qui ont passé par la grande persécution. Ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l’Agneau. C’est pourquoi ils se tiennent devant le trône de Dieu et servent Dieu nuit et jour dans son temple. Celui qui est assis sur le trône les protégera par sa présence. Ils n’auront plus jamais faim, ni soif, ni le soleil, ni aucune chaleur ardente ne les brûleront plus. Car l’Agneau qui est au milieu du trône sera leur berger et les conduira aux sources d’eau vive. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux.
    Cantique 536 les strophes 1 / 2 / 4 / 5

    Méditation :

    Ma prédication a été faite suite à des notes prises le 1er nov. 1998 à l’émission radio que présidait le pasteur Francis Meuret - Je l’avais préparée pour un culte du 1er nov. 2009, et comme nous en sommes à la veille, c’est bien de se rappeler cette fête. Elle coïncide avec la fête de la Toussaint…Difficile de ne pas parler de ce qui dans 4/5 jours est au cœur de beaucoup…
    Et ce qui est au cœur de bon nombre de nos contemporains…c’est le souvenir de ceux qui nous ont quittés…l’évocation de leur mémoire et pour mieux se souvenir…on se rend là…où il nous semble qu’il subsiste encore quelque chose de leur être…
    - Les fleurs dont on fleurit les tombes veulent être un geste…un témoignage d’affection…une tentative d’ultime communication avec ceux qui nous ont quittés…
    - Le croyant y ajoutera une prière de mémoire et de confiance dans le Dieu de la Vie !
    - Cela c’est l’acceptation générale du sens de ce jour…Mais le terme lui-même ne nous fait-il pas comprendre qu’à l’origine cette fête n’avait aucun rapport avec les cimetières…
    > La Toussaint, c’est la Fête de tous les saints…OUI c’est bien une fête dont il s’agit !...
    Ce n’est pas un jour triste et lugubre…c’est la commémoration joyeuse des apôtres et des martyrs…Ce n’est pas le jour des morts…c’est l’évocation dans la reconnaissance et la joie de ceux qui sont éternellement vivants…Mais pour entrer véritablement dans l’esprit de cette fête…le mieux est de nous reporter à ce grand texte de l’Apocalypse.

    > Dans ce chapitre 7 de l’Apocalypse…C’est vrai que…à l’écoute de cette grande liturgie céleste de ceux qui chantent le cantique de l’Agneau… nous sommes loin de nos pierres tombales et de nos bouquets de chrysanthèmes…
    Mais alors comment expliquer ce glissement de l’évocation glorieuse des rachetés du ciel à notre jour bien terrestre consacré aux morts ?

    > A l’origine…la fête de Tous les Saints était célébrée au mois de mai…C’est au Xème siècle qu’elle fut fixée à la date actuelle et que Odilon…abbé de Cluny…décida…après que fut élaborée la doctrine du purgatoire…qu’on célèbrerait le 2 novembre une messe à l’intention de tous les défunts…L’Eglise de ce temps a voulu rassembler dans sa prière non seulement les apôtres et les saints…mais l’ensemble des trépassés…
    Et finalement pour le bon peuple de l’Église…c’est le jour des morts qui s’est imposé et qui a pris toute la place…
    - Même si l’Église fait toujours la distinction entre la Fête des Saints et le jour des Trépassés…il faut reconnaître que pour le chrétien moyen…la Toussaint c’est le jour des morts…c’est le grand rendez-vous auprès des tombes…le jour du souvenir des disparus…de piété familiale…jour qui…pour une bonne majorité de nos contemporains est vidé de tout contenu religieux.

    > Quelle est donc la raison profonde de ce glissement…de ce transfert d’une fête qui peut reposer sur un texte biblique de l’Apocalypse)…à une journée des morts ?

    > Rappelons d’abord la proximité des dates (1er Nov. Toussaint / 2 Nov. Trépassés…
    A qui les gens pensent-ils en priorité…aux martyrs de l’Apocalypse ou aux disparus de leur parenté…Le choix est vite fait…Ce sont leurs morts qui les intéressent…Car finalement on plonge ici dans le passé le plus reculé et le plus universel de notre humanité… « Celui du « culte des morts »…
    - Certains savants affirment que l’humanité ne devient véritablement humanité que lorsque…au cours des fouilles archéologiques on repère des traces du culte des morts… (Tombes…objets destinés à accompagner le défunt dans l’au-delà)…et ce culte est universel…
    - C’est évidemment chez les Égyptiens que ce culte a connu un développement sans pareil…Ce que nous connaissions du passé de ce peuple…nous autorise à dire que chez les Égyptiens…la vie était vécue en fonction de la mort…Que sont les Pyramides qui ont coûté tant de travaux…de sueur et probablement de morts…ce sont des tombeaux ! - Tout ce que nous retrouvons par les fouilles d’aujourd’hui…était réalisé pour accompagner le défunt…sa momie…dans son voyage vers le séjour des morts.

    > C’est ici le moment de parler d’Israël…du peuple de la Bible et qui a longtemps séjourné en Égypte…et participé à tous ces travaux…Y a –t-il eu en Israël un culte des morts ?
    - Ce qui est très étonnant…c’est justement que ce peuple…au cours de son long séjour en Égypte…peut-être 200 ans…n’a absolument pas été contaminé par les rites funéraires des Égyptiens…Ils étaient chez les Israélites réduits au minimum…La chose importante était de donner une sépulture au mort…Mais c’est tout !
    - On ne trouve nulle part de pratiques funéraires de la part des vivants pour faciliter l’accès à l’au-delà…Pas de prières pour le repos de l’âme.
    - Mourir…« âgé et rassasié de jours »…était vécu comme un fait naturel et avec une sobriété apaisante…Et surtout la relation avec Dieu ne semble pas interrompue par la mort… « Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort…je ne crains aucun mal car tu es avec moi » Ps.23 – « Si je me couche au séjour des morts…T’y Voilà » Ps 139 !

    - Nous trouvons dans ce Ps 23…comme une annonce de la descente de Jésus-Christ dans notre mort…pour la partager et pour nous libérer de Sa puissance de destruction !
    - La foi en la résurrection est-elle présente dans l’Ancien Testament ? Elle n’apparaît que dans le livre de Daniel qui est un écrit tardif…

    > Au temps de Jésus…elle était assez présente : (voir) la parole de Marthe à Jésus au sujet de son frère Lazare au tombeau : « Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection…au dernier jour » !
    - Les pharisiens la partageaient…Par contre les Sadducéens se refusaient à y croire…
    Précisons encore que dans le Judaïsme toute tentative de communication avec les morts était condamnée… « Qu’il n’y ait chez toi personne qui évoque les morts ou prédise l’avenir ».

    > Quelle est l’attitude de Jésus lui-même à l’égard de la mort ? Lisons un texte qui vaut la peine…malgré sa dureté apparente, d’être écouté et expliqué !
    Dans Luc 9 versets 59 à 60 « Jésus dit à un autre homme : « Suis-moi »
    Et il répondit : Seigneur, permets-moi d’aller d’abord ensevelir mon père…Mais Jésus lui dit : Laisse les morts ensevelir leurs morts…et toi va annoncer le royaume de Dieu » !.....Oui c’est dur…pourtant donner une sépulture à un mort en Israël était une obligation quasi-sacrée !
    - Je pense que l’interlocuteur de Jésus avait un père âgé…peut-être près de sa fin !
    « Oui je veux bien te suivre…mais laisse-moi d’abord accomplir mon devoir de fils… !
    Or ce qui prime pour Jésus…c’est l’urgence de l’annonce du Royaume de Dieu !...La mort ne saurait être un obstacle à une vocation de Vie !
    - Laisse ceux qui ne connaissent pas le Royaume de la Vie et le Chemin de la Vie s’occuper de ces choses…Il y aura toujours assez de morts vivants pour célébrer des funérailles…
    Quant à toi va annoncer l’Évangile…et sois dans un monde dominé par la mort…un messager de vie ! Il est probable…cela ne nous est pas dit…que l’homme n’a pas suivi Jésus…- Le poids de la tradition a du l’emporter et le père de cet homme eut un bel enterrement…
    - Qu’aurions-nous fait à sa place ?...pas question pour nous de le juger et de le condamner…Mais c’est vrai qu’il avait raté une vocation unique !

    - Je pense à ces missionnaires d’autrefois…au temps de la marine à voiles…qui embarquaient pour l’Afrique du Sud ou Tahiti…
    Ils partaient pour 7 ans au minimum et laissaient derrière eux de vieux parents à peu près certains de ne pas les revoir…Mais leur vocation primait les devoirs familiaux !

    - On pourrait déduire de ce texte de Luc une espèce d’insensibilité de Jésus à l’égard de la mort…Vrai ou faux…point d’interrogation ?

    > Non…Jésus est homme…pleinement homme…Il ne peut être insensible à l’événement de la mort…Il sait qu’elle est le résumé de toutes nos souffrances humaines…Il prend part à la souffrance de la veuve de Naïn…à celle de Jaïrus…Il pleure au tombeau de Lazare…Et que dire de sa souffrance au jardin des Oliviers…alors qu’Il va aborder le grand mystère de sa propre mort ? - La mort est l’ennemie…l’ennemi qu’Il vient combattre !!! - Et ce combat exige qu’Il aille jusqu’à partager notre mort…et la mort de la croix ... !
    Oui il faut aller jusque là…pour que survienne la grande…l’éclatante victoire de Pâques…et le triomphe de la vie…du Prince de la Vie…Celui qui tient, comme le dit un texte de l’Apocalypse… les clés de la mort et du séjour des morts !

    > C’est Paul qui dans l’Épitre aux Corinthiens compare la mort à une bête venimeuse, mais dont l’aiguillon a été désormais arraché !
    Oui la mort est désormais dépouillée de sa puissance de destruction totale…Elle reste présente certes…nous le savons et en ce jour…nombreux sont ceux qui en souffrent… !
    Oui elle est présente…mais plus de la même manière…Elle n’est plus qu’un passage vers le domaine de la Vie…Mais un passage au cours duquel nous sommes conduits…accompagnés…rassurés !
    « Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort…je ne crains aucun mal car Tu es avec moi » ! Et comme le disait aussi une Carmélite près de sa fin : « Je sais qu’un grand Amour m’attend » ! Amen !

    Temps musical + Cantique 521 / 1-9-10-16

    Confession de foi écrite par le pasteur Francis Meuret

    Mon Dieu, je crois en Toi !
    Je ne puis comprendre pourquoi et comment Toi le « tout autre », infiniment au-delà de toute compréhension humaine, Tu veux pourtant, dans un mouvement d’Amour infini, être mon Dieu et celui de tous les hommes…mais, mon Dieu, je le crois !
    Seigneur Jésus, je crois en Toi !
    Je ne puis comprendre pourquoi et comment, Toi le Fils de Dieu, Tu es venu en pleine humanité et devenu notre Frère. Je ne puis comprendre pourquoi et comment Ta mort sur la croix est devenue notre vie, pourquoi et comment Tu es ressuscité des morts et proclamé Seigneur et Sauveur du monde, mais Seigneur, je le crois !
    St. Esprit, je crois en Toi !
    Je ne puis comprendre pourquoi et comment Tu veux demeurer en nous, dissiper notre incrédulité et nous conduire dans toute la Vérité, mais je le crois !
    Je ne puis comprendre pourquoi et comment l’Eglise malgré ses infidélités et ses erreurs, ses divisions et ses blessures est cependant Corps du Christ, annonce et signe du Royaume qui vient, mais je le crois !
    O Dieu, Père, Fils et St. Esprit, un seul Dieu éternellement béni, je crois en Toi !
    Amen
    Liturgie préparée par Gérard Perrier et prédication par Michelle Raynaud





    Site hébergé par annonay.org
    l'Internet Associatif du Pays d'Annonay