ACCUEILACTUALITESFORUMMEDITATIONACTIVITES
DECOUVRIRSOLIDARITELA CIMADEORGANISATION EGLISETHEOLOGIE FORMATION
JOURNAL EDVECHOS...Partages bibliques
EGLISE PROTESTANTE UNIE DE FRANCE ANNONAYMercredi 18 Septembre 2019Contact:
 
MEDITATION
  • MEDITATION
  •  Revenir à la rubrique 
    07.04. 2019 - Culte avec Cène à l’Espace Marie Durand

    Ouverture & Accueil :
    - C’est au nom de Jésus que je vous salue - c’est en son nom que je vous dis « bonjour » - Et si je vous salue au nom de Jésus, cela veut dire....qu’il connaît chacun d’entre nous...qu’il est proche de nous...et qu’il est présent au milieu de nous.- Béni soit le Seigneur pour ce temps que nous avons pu mettre à part pour nous retrouver ensemble - dans sa présence !
    - En ce 5ème dimanche de Carême, cette période où l’on se prépare à recevoir celui qui vient -Oui- le temps de l’Avent nous rappelle qu’il faut du temps pour se laisser travailler par l’Évangile, pour se construire dans le secret et le silence.
    - Qu’aujourd’hui, nous puissions nous laisser entamer - ouvrir - retourner par le soc de l’Evangile, afin que puisse naître en nous le Christ que nous attendons et qui est, pour ce monde, la grâce et la paix de Dieu notre Père. Amen
    Nous chantons le Sp 219 « Laisse-nous entrer dans ta maison… »

    Louange à toi Seigneur :
    Partons et soyons à l’écoute de Dieu. - Partons comme des femmes et des hommes libres - car à l’écoute de Dieu, rien ni personne ne peut nous lier - rien ni personne ne peut nous enfermer.
    Partons, laissons résonner en nous sa Parole comme un gong - et vibrant de la passion de Dieu, partons et parlons !... « Dites que « Dieu qui est venu une nuit de Noël, partager notre existence »…« Dites que « Jésus est venu dans notre humanité et qui nous entraîne à une vie nouvelle. Parlons de Lui sans crainte, n’ayons pas peur, Il nous soutient. Louange à toi Seigneur avec le cantique 263 « Que toute la terre… »

    Nous prions :
    Tu es notre Père - Ne nous laisse pas dire ce mot distraitement - Ne nous laisse pas user de ton nom comme d'un droit - Donne-nous de le recevoir, par ton Fils, comme une grâce imméritée - de le garder avec respect - de l'annoncer fidèlement ; qu'il continue à vivre parmi les hommes et à les délivrer de leurs péchés.
    - Chantons à Dieu pour célébrer cette nouvelle naissance avec le Sp 407 « Seigneur reçois, Seigneur pardonne… »

    L’annonce du pardon « Christ serviteur »
    Le Christ n’est pas d’abord un roi qui règne sur le monde - Il n’est pas d’abord un maître qui conduit ses disciples - Il a d’abord voulu être un serviteur (notre serviteur) - En effet, le Fils de l’Homme est venu pour servir et non pour être servi.
    - Il est le serviteur qui nous relève lorsque nous tombons - qui nous redresse lorsque la vie nous courbe –et qui nous tient lorsque nous tremblons.
    - Il est le serviteur qui porte ce qui pèse sur nous : le poids du passé - les échecs - les amertumes - la haine.
    - Il est le Serviteur lui - le Roi de gloire, lui - le Seigneur des seigneurs - Et ce service est notre pardon - notre justification et notre vie éternelle.-… Rendons grâce au Père qui nous a permis d’avoir part à l’héritage des saints et de tous ses enfants dans la lumière et de nous avoir transférés dans le Royaume du Fils de son Amour, en qui nous avons la délivrance et le pardon des péchés. Chantons notre Reconnaissance avec le Sp. 266 « Que la joie de Dieu nous habite… »

    Volonté de Dieu :
    Lorsque nous allons présenter notre offrande sur l'autel -si là- nous, nous souvenons que notre frère a quelque chose contre nous, laissons-là notre offrande, là, devant l'autel : et allons d'abord nous réconcilier avec notre frère, et ensuite présentons notre offrande. Amen.
    Sp 608 « C’est mon bonheur que de Chanter.

    Nous prions :
    Seigneur, nous voulons être entre tes mains comme l’argile dans les mains du potier ! Donne-nous ton Esprit - ouvre nos cœurs - et que Ta parole nous façonne, à l’image de ton Fils Jésus-Christ - Notre Seigneur et Sauveur. Amen

    Lecture de la Bible : Genèse 22/1à 19

    « Dieu mit Abraham à l’épreuve. Il l’appela et Abraham répondit : Oui, je t’écoute. Dieu reprit : Prends ton fils Isaac, ton fils unique que tu aimes tant, va dans le pays de Moria, sur une montagne que je t’indiquerai, et là offre-le-moi en sacrifice.
    Le lendemain Abraham se leva tôt. Il fendit du bois pour le sacrifice, sella son âne et se mit en route vers le lieu que Dieu lui avait indiqué - Il emmenait ave lui deux serviteurs ainsi que son fils Isaac - Le surlendemain, il aperçut l’endroit de loin. Il dit alors aux serviteurs : Restez ici avec l’âne. Mon fils et moi, nous irons là-haut pour adorer Dieu, puis nous vous rejoindrons - Abraham chargea sur son fils Isaac le bois du sacrifice - Lui-même portait des braises pour le feu et un couteau - Tandis qu’ils marchaient tous deux ensemble, Isaac s’adressa à son père, Abraham mon père dit-il ?...Celui-ci répondit : Oui je t’écoute mon enfant – Nous avons le feu et le bois, dit Isaac, mais où est l’agneau pour le sacrifice ?...Abraham répondit : Mon fils, Dieu veillera lui-même à procurer l’agneau - Ils continuèrent leur route - Quand ils arrivèrent au lieu indiqué, Abraham construisit un autel et y déposa le bois - Puis il lia Isaac, son propre fils et le plaça sur l’autel, par-dessus le bois - Alors il tendit la main et saisit le couteau pour égorger son fils – Mais du ciel, l’ange du Seigneur l’interpella : Abraham, Abraham, OUI répondit Abraham, je t’écoute – L’ange lui ordonna : Ne porte pas la main sur l’enfant, ne lui fais aucun mal – Je sais maintenant que tu respectes l’autorité de Dieu, puisque tu ne lui as pas refusé ton fils, ton fils unique – relevant la tête, Abraham aperçut un bélier retenu par les cornes dans un buisson. Il alla le prendre et l’offrit en sacrifice à la place de son fils. Abraham, nomma ce lieu « Le Seigneur y veillera » - C’est pourquoi on dit encore aujourd’hui : Sur la montagne, le Seigneur veillera !
    Du ciel, l’ange du Seigneur appela Abraham une seconde fois et lui dit : Voici ce que déclare le Seigneur : Parce que tu as agi ainsi, que tu ne m’as pas refusé ton fils, aussi vrai que je suis Dieu, je jure de te bénir abondamment en rendant tes descendants aussi nombreux que les étoiles dans le ciel ou des grains de sable au bord de la mer - Tes descendants s’empareront des cités de leurs ennemis - A travers eux, je bénirai toutes les nations de la terre, parce que tu as obéi à mes ordres - Abraham rejoignit ses serviteurs ; ils se mirent en route et regagnèrent Berchéba, où Abraham s’installa.
    Marc 9/2 à 10 :
    * Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les conduisit sur une haute montagne où ils se trouvèrent seuls - Il changea d’aspect devant leurs yeux ; ses vêtements dévirent d’un blanc si brillant que personne sur toute la terre ne pourrait les blanchir à ce point - Soudain les trois disciples virent Elie et Moïse qui parlaient avec Jésus - Pierre dit alors à Jésus : Maître, il est bon que nous soyons ici - Nous allons dresser trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie - En fait, ils ne savaient que dire, car ses compagnons et lui-même étaient très effrayés - Un nuage survint et les couvrit de son ombre, et du nuage une voix se fit entendre : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-Le - Aussitôt, les disciples regardèrent autour d’eux, mais ils ne virent plus personne ; Jésus seul était avec d’eux - Tandis qu’ils descendirent de la montagne, Jésus leur recommanda de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, jusqu’à ce que le Fils de l’homme se relève d’entre les morts - Ils retinrent cette recommandation, mais ils se demandèrent entre eux : Que veut-il dire par se relever d’entre les morts".
    Cantique 232 St. 1-2-3

    Romains 8 versets 31 + 35 - 37 à 39 31« Que dirons-nous de plus ? Si Dieu est pour nous, qui peut être contre nous ? »
    35 « Qui peut nous séparer de l’Amour du Christ ? »
    37 à 39 « Mais en tout cela nous remportons la plus complète victoire par Celui qui nous a aimés - Oui, j’ai la certitude que rien ne peut nous séparer de son Amour, ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni d’autres forces d’en-haut, ni celle d’en bas, ni aune autre chose créée, rien ne pourra jamais nous séparer de l’amour que Dieu nous a manifesté en Jésus-Christ, notre Seigneur ».

    Prédication
    * Qui de nous n’a pas vu un visage, parfois une vie, transfiguré par un événement ? L’annonce d’une bonne nouvelle : - Réussite à un examen - Guérison d’une maladie qui pouvait signifier la mort prochaine - Une déclaration d’amour qui change l’avenir et la solitude - Une naissance - Un succès inespéré - Un morceau de musique qui nous transporte dans une émotion forte - Une main tendue au moment où j’en avais besoin - Que sais-je encore... ?
    - Tous ces événements et bien d’autres encore peuvent transfigurer non seulement des visages mais aussi des vies tout à coup ouvertes sur un avenir nouveau.
    « Sous leurs yeux, Jésus change d’aspect » nous dit le texte de l’Évangile - Les anciennes traductions parlent de transfiguration. (Jésus fut transfiguré devant eux, nous dit la version Segond) - Cette métamorphose (ou transformation) de Jésus est évoquée par la soudaine blancheur éclatante de ses vêtements, signe d’une intervention et d’une présence de Dieu.

    Que se passe-t-il ?
    * Dans nos anciens appareils photos, (la photo restait noire et opaque tant qu’elle n’était pas exposée et développée ; ainsi en est-il de la vie humaine.
    - Elle est faite pour s’exposer à la lumière de Dieu et se laisser impressionner par elle. C’est ce que les disciples vivent au sommet de cette montagne. Mais il restera ensuite la tâche du développement. Celui-ci s’opère quand tout le monde redescend de la montagne et reprend le cours de la mission confiée dans les rencontres et les services à vivre - Dans l’obéissance à l’appel et à la grâce reçus. Mais avec en plus cette lumière qui continue de réveiller la foi et l’espérance.

    * Je pense maintenant aux trois disciples qui vivent cette scène intense sur la montagne. Ils viennent de traverser une période assez chahutée et déstabilisante. Jésus vient de leur annoncer pour la 1ère fois -mais ce ne sera pas la dernière- qu’il faut qu’il souffre beaucoup -que les prêtres (et autres maîtres de la loi) le rejetteront- le feront mourir - Et pourtant Pierre vient de le confesser : Jésus est le Messie promis !
    - Certes trois jours après cette mort annoncée, Jésus se relèvera d’entre les morts.
    Mais comment comprendre cela ? Ressusciter, qu’est-ce que cela veut dire pour eux à ce moment là ? - Jésus, le Messie, peut-il souffrir, être rejeté par ceux-là même qui avaient une autorité religieuse ? La contradiction tourmente, inquiète pour l’avenir.
    - Cette montée sur la montagne apparait ainsi comme un temps de grâce ! Non d’oubli - Non de fuite - Jésus ne met pas ses trois disciples au régime antidépresseur… !
    Non, il les prépare à affronter l’avenir immédiat avec des forces renouvelées.
    Il les prépare au tournant dramatique que son ministère va prendre - à ne pas perdre l’espérance au moment où la figure divine du Messie va être voilée par l’aveuglement et le rejet des hommes - Un temps de repos leur est donné sur cette montagne pour qu’ils soient plus forts - plus fidèles - l’épreuve venue. C’est cela la pédagogie de Dieu !

    * Nous connaissons le prophète Elie qui a vécu lui aussi une sorte de transfiguration. Complètement découragé de voir la reine Jézabel vouloir attenter à sa vie, croyant que Dieu n’est peut-être plus le plus fort, ou en tout cas pas prêt à sauver son prophète, il s’assied sous un genêt, demandant la mort - Dans 1 Rois 19/1à19 Dieu dit à Elie : « lève- toi et mange » ! Va au mont Horeb, et là dans la rencontre inoubliable avec ce Dieu qui lui parle dans un souffle léger, Elie reprend courage, il est remis en route !.
    - Cette pédagogie de Dieu nous concerne - Au moment où Il semble s’évanouir - s’absenter - qui peut parmi nous dire qu’il n’a jamais eu ce sentiment d’abandon ? - Il se révèle avec force.

    * Je voudrais souligner trois aspects de cette pédagogie de Dieu.
    1° - La mise à l’écart.

    * Dieu se manifeste lorsque nous nous sommes soustraits au stress et au bruit du quotidien. Cette mise à l’écart a un sens particulier. Ce n’est pas une de ces haltes de prière « ordinaire » qui marque régulièrement l’emploi du temps de Jésus. (Luc souligne particulièrement ces moments de mise à l’écart).
    - Ces haltes « ordinaires » sont : oh combien nécessaires à nos existences trop souvent bousculées ou éparpillées par des événements qui nous commandent, sans que nous tenions le gouvernail pour vivre malgré tout notre vocation, notre service.
    - Cette halte sur la montagne va permettre aux disciples d’affronter la suite des événements. Ils doivent comprendre que Celui qui va être rejeté, bafoué, mis à mort est bien le Fils unique de Dieu. L’échec apparent de Jésus qui se profile, malgré les miracles accomplis, ne saurait jeter le doute sur son identité de même que sur la vérité de sa mission. Dans l’échec apparent qu’ils vont constater le souvenir de la gloire entrevue sur la montagne doit les encourager à tenir bon.
    - Ainsi en est-il aujourd’hui de l’annonce de l’Évangile, comme de l’obéissance à l’Évangile. Ce n’est pas parce que nous sommes au service de Dieu et que nous portons une Parole qui n’est pas la nôtre que tous les obstacles vont s’évanouir - Il y aura parfois des oppositions, des inerties qui pourront nous faire douter. Avant de monter sur la montagne, Jésus a bien rappelé à ses disciples qu’ils devaient s’apprêter à porter leur croix pour le suivre.

    2°- Une pédagogie qui touche tout notre être.
    * Dans ce récit, je retiens qu’il y a beaucoup à voir et à entendre. En cela il est très moderne ! - Il y a peu de place pour la parole humaine.
    - La suggestion de Pierre (« ...c’est une bonne chose pour nous d’être ici. Nous allons faire trois abris... » reste sans réponse) - Ce qu’il faut, c’est écouter. Non pas s’écouter soi, cela nous savons le faire, mais écouter Dieu en Jésus-Christ !
    « Celui-ci est mon fils très aimé. Écoutez-le ! » - Si la voix insiste, c’est parce qu’il y a dans nos vies des moments où l’écoute est difficile, sinon impossible. Où elle est court-circuitée par des paroles parasites - par des refus, des incompréhensions.
    - Vous qui allez être déstabilisés ou moi, pouvons-être démobilisés par la montée en puissance des difficultés - par le scandale de la souffrance - ne cessons pas d’écouter le Christ ! Ne faisons pas les réponses en même temps que les questions, détachons-vous de nous-mêmes pour recevoir les paroles de Dieu.
    - Écouter nécessite une discipline, une humilité, une mise à l’écart pour accueillir l’Autre. « La voix céleste semble dire aux 3 disciples : écoutez-le alors que vous étiez tentés de vous boucher les oreilles quand Jésus a dit : « il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup... » Écoutez-le aussi au sens de comprenez le sens de toutes ses paroles. !
    - C’est dans sa passion et sa mort que le Fils révèle pleinement qui est le Dieu des chrétiens, et jusqu’où va son amour. C’est pour cela que sur la montagne il leur est donné de voir dans une révélation presque indescriptible la splendeur glorieuse de celui-là, qui va bientôt être crucifié.

    3°- La pédagogie de Dieu ne nous arrache pas à nos responsabilités.
    * Si Dieu nous fait entrevoir un coin de ciel, un rayon de la gloire divine, c’est une grâce qui n’est pas permanente. Les disciples ne peuvent rester là, dans les nuages - Dans l’église aussi nous ne sommes pas entre ciel et terre ! La proposition de Pierre de s’installer sur la montagne reste sans suite. C’est le temps de faire apparaître la réalité cachée dans le négatif. Car il s’agit non de demeurer dans l’inaction de cette contemplation, mais de retourner là où l’histoire continue, là où la mission se poursuit. - Écouter ici veut dire comprendre. Et servir Celui qui est descendu jusqu’à nous pour partager notre humanité - Je note que les disciples ne voient plus Jésus glorifié à la fin de la scène, mais qu’ils restent sur le point d’orgue de la parole : Écoutez-le !

    * C’est bien notre situation aujourd’hui. Nous ne voyons pas la gloire de Dieu -sauf exception- mais nous recevons toujours l’exhortation : écoutez-le !
    La gloire de Dieu est dans la parole écrite, transmise d’âge en âge.

    - Qui n’a pas rêvé de s’évader d’une situation vécue comme un cauchemar ?
    - Qui de nous n’a pas désiré s’évader d’un service quotidien parsemé de trop d’embûches ?
    - Qui de nous n’a pas cherché dans la vie religieuse(ou la spiritualité) une évasion du quotidien, de sa lourdeur et souvent de sa laideur ?
    - Qui de nous n’a pas été tenté de se replier sur soi en refusant de regarder vers un avenir trop sombre ? « Dieu sait nous donner au moment opportun une vision propre à nous redonner courage et foi ! A nous de regarder ces traits de lumière et de nous en réconforter ».

    * Mais concrètement, je mettrais volontiers en parallèle ce récit de la transfiguration avec le moment du culte que nous vivons dans l’église dimanche après dimanche, moments qui peuvent sembler si « ordinaires ». Parce que nous vivons dans le culte un temps d’isolement provisoire, un temps où la mission du Christ donnant sa vie pour notre pardon et notre grâce nous est rappelée - - - Le culte est un temps d’écoute de la Parole, et non une discussion tournant seulement autour de nos préoccupations.
    - Le culte est une nécessité dont la régularité ne doit pas signifier banalité. Car dans le culte une vision de la splendeur du monde qui vient peut nous être donnée, même si cela est fugitif.
    - Le culte va nous permettre de mieux rentrer dans une semaine nouvelle, de mieux vivre ces projets qui vont nous être rappelés au moment des annonces. Il ne s’agit pas de rester sur la montagne, même si on y est bien.-- Il faut redescendre vers notre vie et ses engagements, vers les appels reçus auxquels il faut répondre.
    - Le culte peut transfigurer notre semaine… Nous permettre de vivre nos engagements différemment…Avec un autre regard et un autre savoir…Nous servons le Christ vainqueur dont la gloire nous a marqués de son empreinte - C’est souvent dans la dureté d’un jour sans lumière éblouissante que nous devons accomplir la plupart du temps notre tâche quotidienne…
    ... Mais n’oublions pas : « Dieu sait nous dire sa présence et nous éclairer de sa lumière au moment opportun » ! Amen.

    (La Prédication date du 12.03.2006. Enregistrée dans mes archives - retouchée légèrement et toujours d’actualité en cette période de Carême - elle est du pasteur Jacques Vernier).

    Musique et Cantique 626 les 3 st. « J’ai soif de ta présence… » P

    Confession de notre foi.


    * Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur des cieux et de la terre - L’Éternel règne - il est Esprit - Il est Amour - L’amour de Dieu envers nous s’est révélé en ceci : alors que nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous.
    * Je crois en Jésus-Christ, notre Seigneur. Il est venu chercher et sauver ce qui était perdu - Il est le Chemin, la Vérité et la Vie - le même hier, aujourd’hui, éternellement.
    A ceci tous reconnaîtront que nous sommes ses disciples si nous avons de l’amour les uns pour les autres.
    * Je crois au Saint-Esprit qui rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu - Nous avons été baptisés d’un seul Esprit pour former un seul corps.
    * Je crois au Royaume de Dieu, à l’amour plus fort que la mort. Je crois à la vie éternelle.
    La victoire par laquelle le monde est vaincu, c’est notre foi. Seigneur - augmente-nous la foi. Amen
    Nous nous levons pour chanter le Sp 565


    Offrande Avant
    2 Corinthiens 8/12 nous dit : « Si l'on donne de bon cœur, Selon ce qu'on a, On est agréable à Dieu. Amen
    Après
    Seigneur, nous te rendons grâce pour les dons que jour après jour nous recevons de ta bonté. Accepte cette offrande comme un signe de reconnaissance et d’amour. Amen

    --- Annonces en annexe

    Cène par Jean-Luc Lutz
    - Invitation à la Cène

    « Nous sommes invités par Jésus-Christ Il appelle chacun de nous à le rejoindre. Formons un cercle autour de la table et louons Dieu.
    - Il est bon et c’est notre joie de remercier Dieu pour la vie qu’il nous donne, la vie terrestre et la vie éternelle, pour l’eau de notre baptême, pour le pain et le vin de son repas.
    - Il est bon et c’est notre joie d’être les invités, les amis, les frères et sœurs de Jésus-Christ, de reconnaitre dans ce pain et ce vin les signes de son amour, de sa mort, de sa résurrection, et l’annonce de son Royaume.
    - Il est bon et c’est notre joie d’attendre la venue de l’Esprit-Saint, afin qu’avec ce pain et ce vin nous recevions la vie qui vient de Dieu et que nous ayons communion les uns avec les autres.
    - Il est bon et c’est notre joie de chanter la grâce et la fidélité du Seigneur ! »

    Rappel de l’Institution
    « Jésus se mit à table et les apôtres avec lui - Il prit du pain et, après avoir remercié Dieu
    Il le rompit et le leur donna en disant : ceci est mon corps qui est donné pour vous. Faites ceci en mémoire de moi.
    Il leur donna de même la coupe, après le repas, en disant : cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang versé pour vous ».

    Prière de Communion :
    « Père, autour de cette table, nous nous souvenons de Jésus-Christ : Il a habité parmi nous, Il a donna sa vie pour nous - Nous nous réjouissons de sa résurrection qui nous donne l’assurance de sa présence auprès de nous, tous les jours et, en particulier à cette table où Il nous invite ; Nous attendons le jour où ton règne sera établi sur l’univers tout entier - Que nous puissions, par ton Esprit, communier au corps et au sang de ton Fils et qu’ainsi, unis en Lui nous portions la lumière, la paix et l’espérance - Fais toutes choses nouvelles dans nos cœurs et dans le monde pour lequel nous intercédons ».

    Silence - Communion - Moment musical

    Prière et Envoi après la Communion
    « Pour la simplicité de ce pain et de ce vin, béni sois-tu Dieu notre Père
    - Pour la simplicité de ta présence en Jésus-Christ, béni sois-tu.
    A nous qui avons la nourriture, donne faim et soif de justice, de paix et d’amour, apprends-nous le partage et fais-nous préparer ta venue »
    - Allez maintenant annoncer l’Évangile en paroles et en actes - ayez le souci de la justice, de l’amour et de la paix - allez avec la promesse de rencontrer Jésus-Christ parmi les plus petits de nos frères et de nos sœurs. Amen

    Prière d’Intercession

    Seigneur, tu as parlé :
    * Nous te rendons grâce parce que ce chemin de parole conduit vers le Père - parce que cette vérité est ta Parole - parce que cette vie est la vie éternelle.
    - Nous voulons te prier pour tous ceux qui ne connaissent pas ce chemin - pour ceux que nous côtoyons et que ton Nom laisse indifférents - Accorde-nous d’être parmi eux les témoins de ta Parole - les instruments de ta paix et de ton amour.
    - Seigneur, tu as dit : « Je suis le bon berger »
    Merci, Seigneur, parce que tu aimes tous les hommes - parce que tu aimes chacun de nous - Merci pour tout ce que, dans ton amour, tu nous donnes jour après jour - et pour notre joie - et pour ce moment où nous pouvons – ensemble - t’adorer et te remercier. Aide-nous à nous aimer les uns les autres comme tu nous aimes.
    - Seigneur, tu as parlé : Merci, Seigneur - parce que tu es maintenant parmi nous - parce que tu es à nos côtés - Merci pour cette promesse qui donne sens à notre communauté - à notre vie.
    - Nous te prions pour tous ceux qui cherchent et qui doutent - qui ne savent plus que tu es toujours avec eux - Nous voulons intercéder les uns pour les autres - et te confier tous nos problèmes et nos soucis - Non pas seulement te les raconter, mais te demander de nous aider à les résoudre, de nous aider à supporter nos échecs… !
    - Nous te prions pour toutes les Églises et pour notre Église - pour ses ouvriers connus ou anonymes - pour ses bergers - ses anciens et ses diacres - comme pour ses plus humbles fidèles.
    - Nous te prions pour toutes les souffrances du monde, qu’elles qu’en soient leurs noms - il y a en tant que nous ne pouvons plus les nommer - mais Toi, Tu les vois et Tu souffres aussi.
    O Dieu de lumière et de vie - de tout notre cœur et d'un seul élan - dans la communion de l'Eglise universelle - nous t'adressons la prière que le Christ Sauveur et Seigneur nous a confiée :
    - Notre Père qui es aux cieux - Que ton nom soit sanctifié - Que ton règne vienne - Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel - Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour - Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont effacés - Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal - Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire pour les siècles des siècles. Amen

    Bénédiction

    « Que la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence, garde nos cœurs et nos pensées en Jésus-Christ - Merci, Seigneur, d’être venu jusqu’à nous. Amen.
    Et nous chantons le dernier Sp. « Que la grâce de Dieu soit sur toi. »


    (Culte préparé par Michelle Raynaud, animateur de culte)















    Site hébergé par annonay.org
    l'Internet Associatif du Pays d'Annonay