ACCUEILACTUALITESFORUMMEDITATIONACTIVITES
DECOUVRIRSOLIDARITELA CIMADEORGANISATION EGLISETHEOLOGIE FORMATION
JOURNAL EDVECHOS...Partages bibliques
EGLISE PROTESTANTE UNIE DE FRANCE ANNONAYMercredi 18 Septembre 2019Contact:
 
MEDITATION
  • MEDITATION
  •  Revenir à la rubrique 
    17.03.2019 - 2èmedimanche de Carême - Échange de chaires avec la paroisse St-Christophe (Davézieux) et l’Église Réformée d’Annonay

    Bienvenue au Père Martin de la Roncière…pour cet échange de chair, notre pasteur étant à l’Église catholique de Davézieux

    Ouverture : Dieu notre Père, parce que tu as eu pitié de ton peuple, et parce que tu l'aimes, tu lui as envoyé les prophètes - puis ton Fils Jésus, ton Messie, pour panser ses plaies et l'appeler à la vie.
    * Parce que tu as pitié de nous et que tu nous aimes, ton Fils a risqué sa vie jusqu'à en mourir - Tout cela ne peut pas être vain.
    * Avec lui, qui a triomphé de la souffrance et de la mort, fais-nous vaincre la peur, marcher vers la liberté, vivre de sa vie et travailler à la liberté de tout homme, de toute femme, de tout enfant.
    * Frères et sœurs, c’est le Seigneur lui-même qui nous reçoit et nous accueille ce matin.
    * Grâce, Amour et Paix nous sont donnés de la part de Dieu, notre Père, et de la part de Jésus-Christ, notre Sauveur. Amen
    Nous chantons le Sp 219 « Laisse-nous entrer dans ta maison… »


    J’ai trouvé dans notre liturgie « l’Hymne à la joie de Sœur Thérésa ». Avec elle et tant d’autres, louons le Seigneur.
    * La joie est prière, la joie est force, la joie est amour.
    * Dieu aime celui qui donne avec joie.
    * La meilleure manière de montrer notre gratitude envers Dieu et envers les gens, c’est d’accepter, TOUT, avec joie.
    * Ne laissez jamais le chagrin vous noyer, au point d’en oublier la joie du Christ ressuscité.
    * Nous aspirons tous au Royaume où est Dieu, mais nous avons le pouvoir de nous trouver dès maintenant dans ce Royaume : il suffit d’être heureux avec Lui, en l’instant présent - Mais être heureux avec Lui, maintenant, cela veut dire :
    - Aimer comme Il aime - Aider comme Il aide - Donner comme Il donne - Sauver comme Il sauve - Être avec Lui vingt-quatre heures par jour - Le toucher dans son déguisement de misère - dans les pauvres et dans ceux qui souffrent.
    * Un cœur joyeux est le résultat normal d’un cœur brûlant d’amour.
    * C’est le don de l’Esprit, une participation à la joie de Jésus vivant dans l’âme.
    * Gardons dans nos cœurs la joie de l’Amour de Dieu et partageons cette joie de nous aimer les uns les autres comme Il aime chacun de nous. * Que Dieu nous bénisse. Amen.
    Cantique 405 « Mon Dieu, mon Père… » Les 4 strophes


    Prière de repentance dans l’épitre de : 1 Jean 3 v. 20 nous lisons : « Si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur, et il discerne tout »
    - OUI Dieu est plus grand que notre cœur…Il connaît nos faiblesses et nos tentations - nos peurs et nos hésitations - nos blessures et nos souffrances.
    - Jésus le Christ est plus grand que notre cœur…Il a surmonté la tentation - Il a combattu la crainte et la peur - Il a guéri les blessures et les tourments.
    - L’Esprit Saint est plus grand que notre cœur…Il nous assiste dans nos tentations - Il nous délivre de nos peurs - Il nous accompagne dans nos épreuves.
    - Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit, est plus grand que notre cœur….Il nous relève - Il nous pardonne - Il nous envoie…
    Amen.
    Nous chantons le Sp 407 « Seigneur reçois, Seigneur pardonne… »


    Rappelons-nous les promesses de grâce faites à tous ceux qui se repentent et qui croient :
    - Jean 3/16
    « Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne meure pas, mais qu'il ait la vie éternelle ».
    - Luc 19/10
    « Le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu ».
    Et dans Romains 5/1
    « Nous avons été rendus justes devant Dieu à cause de la foi et nous sommes maintenant en paix avec lui par notre Seigneur Jésus-Christ ». Merci Seigneur de ton pardon et Chantons notre reconnaissance SP 266 « Que la joie de Dieu nous habite »

    Quelle est la volonté de Dieu ? - Denise Legris l’artiste handicapée qui peint avec la bouche a écrit en Juillet 1979 :
    « J’étais désespérée d’apprendre l’épreuve frappant quelqu’un tant aimé. J’étais révoltée devant sa souffrance. J’ai écrit ces pensées comme un cri silencieux, et ensuite je fus libérée, et forte pour l’aider » (Denise LEGRIX) :
    * Chaque fois qu’une épreuve te blesse - Viens chanter Dieu.
    * Lorsque la solitude t’oppresse - Viens chanter Dieu.
    * Lorsque plus vive est ta souffrance - Viens chanter Dieu.
    * Lorsque défaille ton espérance - Viens chanter Dieu.
    * Si la détresse gagne ton cœur - Viens chanter Dieu.
    * En partage avec tous tes frères- Viens chanter Dieu.
    * Implorant pour tous la lumière - Viens chanter Dieu.
    * Pour que chacun renaisse et espère - Viens chanter Dieu.
    * Pour que Jésus exauce ta prière - Viens chanter Dieu - Va crier Dieu, partout - Va chanter Dieu.
    - Et nous chantons à notre tour le Sp 608 « C’est mon bonheur que de chanter… »

    Prière avant la lecture de la bible
    « Seigneur, ouvre nos oreilles et nos cœurs à la lecture de Ta Parole et quelle nous façonne à l’image de Ton Fils Jésus-Christ, notre Sauveur. Amen
    Cantique 230 « Oh ! parle-moi Seigneur… »


    Place au Père Chanoine Martin de la Roncière.

    Lectures bibliques :
    Genèse 15v. 5-18 + Philippiens 3 v.17-4v.1 et
    Luc 9v.28-36

    « Or, environ huit jours après ces paroles, Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques et monta sur la montagne pour prier. Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage changea et son vêtement devint d’une blancheur éclatante. Et voici que deux hommes s’entretenaient avec lui ; c’était Moïse et Elie ; apparus en gloire, ils parlaient de son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem. Pierre et ses compagnons étaient écrasés de sommeil ; mais, s’étant réveillés, ils virent la gloire de Jésus et les deux hommes qui se tenaient avec lui. Or, comme ceux-ci se séparaient de Jésus, Pierre lui dit : « Maître, il est bon que nous soyons ici ; dressons trois tentes ; une pour toi, une pour Moïse, une pour Elie ». Il ne savait pas ce qu’il disait. – Comme il parlait ainsi, survint une nuée qui les recouvrait…La crainte les saisit au moment où ils y pénétrait. Et il y eut une voix venant de la nuée ; elle disait : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai élu, écoutez-le !. » Au moment où la voix retentit, il n’y eut plus que Jésus seul. Les disciples gardèrent le silence et ils ne racontèrent à personne, en ce temps-là, rien de ce qu’ils avaient vu ».

    « Un petit mot sur les vêtements dont je suis revêtu »

    - d’abord l’aube, un vêtement blanc que revêtent les nouveaux baptisés pendant qu’on chante (vous tous qui avez été baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ). L’aube évoque la gloire des élus, comme nous le lisons dans l’Apocalypse Jean ch.7v. 9.
    Le cordon, signifie la chasteté et l’engagement au célibat pour le Royaume des Cieux, selon cette parole du Christ : « Il y a des eunuques qui sont nés ainsi du sein maternel ;
    il y en a qui ont été rendus tels par les hommes ; et il y en a qui se sont eux-mêmes rendus eunuques à cause du Royaume des Cieux ».
    L’étole est symbole du joug du Christ, lui qui a dit : « mon joug est facile à porter et mon fardeau léger ». Elle signifie que celui qui la porte : évêque ou prêtre catholique, pasteur luthérien sont entièrement au service du Christ et de l’annonce de l’Évangile.
    La couleur violette est caractéristique du temps du carême et évoque la pénitence.
    L’escarboucle est l’emblème de la congrégation religieuse à laquelle j’appartiens.

    Prédication

    Chers frères et sœurs en Christ
    Je rends grâce au Seigneur de me permettre de participer aujourd’hui à votre culte dominical. Je suis convaincu qu’un moyen privilégié pour progresser sue le chemin de l’Unité est de vivre une célébration liturgique dans une tradition chrétienne autre que la mienne.

    Merci de tout cœur, chers frères et sœurs chrétiens de m’accueillir ce matin dans votre assemblée dominicale. Je ne regrette qu’une chose chose, c’est l’absence de votre pasteur David que j’ai eu l’occasion de mieux connaître depuis quelques semaines…
    Ce qui me console, c’est qu’il ne m’a pas fui (!) mais qu’il a répondu à l’invitation de la paroisse catholique voisine de Davézieux. Il est donc absent pour la bonne cause.
    * Frères et sœurs, pour mieux comprendre l’Évangile que nous venons d’écouter, il est bon de le restituer dans son contexte dans Luc. Nous sommes juste après la question de Jésus à ses disciples ! « Qui dites-vous que je suis » ?(Luc 9v.20) et la confession de foi de Pierre se faisant le porte parole des douze : « Tu es le Christ de Dieu » ; Jésus annonce aussitôt ce qui l’attend ! Il faut que le Fils de l’homme, souffre beaucoup, qu’il soit rejeté, qu’il soit mis à mort et que, le troisième jour, il ressuscite. Oui plus est, Jésus annonce clairement à tous ses disciples qu’il leur faudrait emprunter le même chemin.
    « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive ». En effet, qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la sauvera (Luc 9v.20-24)

    Nous pouvons penser qu’au cours des jours suivants les apôtres ont repensé avec perplexité et avec une certaine angoisse à ces paroles.
    Qu’allait devenir leur Maître bien-aimé, lui qui annonçait qu’il allait être rejeté et mis à mort ? - Nous nous souvenons de la réaction de Pierre : « Dieu t’en préserve, Seigneur ! Non cela ne t’arrivera pas » et de la réponse très dure de Jésus : « Arrière de moi Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu mais celles des hommes »(Mt 16v.22-2)

    Et eux-mêmes, les Apôtres, qu’allaient-ils devenir ?
    C’est sur ces entrefaites, environ la nuit, 3 jours plus tard d’après Luc et six jours après d’après Mt17v.1, qu’à lieu l’évènement stupéfiant dont nous venons d’entendre le récit ; « Jésus prit, avec lui Pierre, Jean et Jacques, et monte sur la montagne pour prier.

    Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage changea et son vêtement devint d’une blancheur éclatante, « si blanc qu’aucun foulon sur terre ne saurait blanchir ainsi, précise Marc ». Luc est le seul des Synoptiques à indiquer que c’est alors qu’il priait que Jésus fut transfiguré. Ceci est caractéristique de son Evangile, qui souligne plus que les autres la place de la prière dans la vie de Jésus.
    Ainsi, par exemple,le récit du baptême du Christ : Luc précise que c’est alors qu’il priait que l’Esprit-Saint descendit sur lui sous la forme d’une colombe et que la voix du Père se fit entendre, disant :
    « Tu es mon Fils, bien aimé », (et non plus : de te choisir)
    - Parlant de Transfiguration, Catherine de Sienne, mystique italienne du XIVème siècle, donc bien antérieure à la Réforme, implore cette belle image : « le feu qui couvait sous la cendre a laissé paraître les flammes » (« par cendre », Catherine désigne l’humanité du Christ et par « feu » sa Divinité - Pourquoi donc le Christ a-t-il voulu pendant quelques instants manifester sa gloire aux trois Apôtres qu’il avait choisis… ?

    Les Pères de l’Église et de nombreux auteurs, spirituels chrétiens après eux, nous donnent deux raisons principales.
    1)Tout d’abord, le Seigneur Jésus voulait fortifier le cœur des disciples pour qu’au moment de sa Passion, ayant présent à l’esprit cet avant fait de sa Résurrection dont ils avaient été témoins, ils tiennent bon dans la foi.
    Nous avons un témoignage de l’impression profonde que cet évènement a laissé dans la mémoire et le cœur des disciples au début de la lettre de Pierre : « Ce n’est pas en nous mettant à la traine de fables sophistiquées que nous avons fait connaitre la venue puissante de notre Seigneur Jésus-Christ, mais pour l’avoir vu de nos yeux dans tout son éclat. » 2Pierre 1v.16.

    2) Le deuxième grand motif de la Transfiguration du Christ, c’est qu’il voulait laisser entrevoir à ses Apôtres, et par eux à ses disciples de tous les temps, la gloire qui leur est promise au-delà de cette vie, dans l’éternité.
    Nous trouvons un témoignage de cette conviction chez un auteur réformé du XVIIème siècle que j’ai découvert ces dernières années et que je suis heureux de citer : le pasteur Jean Destrejat (1591-1657) - Voici ce qu’il écrit dans son commentaire de la 1ère lettre de Saint Jean :
    « Dans l’Éternité, nous serons semblables au Christ dans sa transfiguration, puisqu’il transformera notre corps de misère pour le rendre semblable à son corps, glorieux », et alors s’accomplisse ce que dit Jésus-Christ : « les justes resplendiront comme le soleil dans le Royaume de leur Père » (Ph 3v.21) - Trésors spirituels page 237)
    Cela a été une de mes grandes joies, au cours des sept années que j’ai passées à préparé le livre dont je vous parlerai à la fin de ce culte, de découvrir que c’est dans la tradition réformée que l’on trouve les descriptions les plus touchantes de la vie du Ciel.
    Permettez-moi, pour illustrer mon propos, de vous lire une autre page du pasteur Destrejat, tirée cette fois de son sermon sur la mort des fidèles (Trésors spirituels page 294)………..
    Oui, frères et sœurs chrétiens, la transfiguration de Jésus-Christ nous donne la certitude qu’il nous prépare une demeure éternelle dans les Cieux. Efforçons-nous durant ce Carême, de hâter le pas dans notre marche vers cette demeure. Amen.
    Musique….et
    Cantique 425 « Consacre à ton service… » les 3 strophes

    - Confession de Foi (dernière page de vos cantiques)


    * Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre.
    * Je crois en Jésus-Christ, son Fils unique qui a été conçu du Saint-Esprit et qui est né de la vierge Marie ; Il a souffert sous Ponce-Pilate - Il a été crucifié - Il est mort - Il a été enseveli - Il est descendu aux enfers - le 3ème jour Il est ressuscité des morts - Il est monté au ciel - Il siège à la droite de Dieu le Père tout-puissant - Il viendra de là pour juger les vivants et les morts.
    * Je crois en l’Esprit-Saint - je crois la Sainte église universelle - la communion des saints - la rémission des péchés - la résurrection de la chair et la vie éternelle. Amen
    Nous chantons le Sp 565


    Offrande :
    « Toi Seigneur qui as accueilli favorablement le sacrifice d'Abel et l'offrande de la pauvre veuve - daigne aussi accueillir les dons que nous te présentons pour qu'ils servent à l'avancement de ton règne et à la gloire de ton nom ». Amen.

    Reçois Seigneur, favorablement cet humble sacrifice de notre reconnaissance.Amen

    Annonces en annexe

    Prière d’Intercession
    « Seigneur, nous te prions, et nous ne voulons pas que cette prière reste lettre morte qui s’envole au vent à la sortie du culte, mais bien qu’elle se transforme dans nos cœurs et dans nos vies, en une force vive et agissante.
    * Ce matin, nous voulons penser tout spécialement à tous ceux qui n’ont pas reçu en partage nos immenses privilèges - car nous savons qu’il y a tout près de nous, comme au loin : des familles qui n’ont pas d’abri - des gens qui ont faim et froid - qui n’ont pas de travail, soit qu’ils n’en trouvent pas, soit qu’ils ne veuillent pas en chercher parce qu’ils veulent vivre en marge de notre société
    - Apprends-nous à ne pas les juger a priori ; garde-nous de les mépriser et de les condamner - ne laisse pas nos cœurs se durcir à leur encontre - accorde-leur ta grâce et éclaire leur chemin difficile.
    * Seigneur, nous savons qu’il y a tout près de nous, comme au loin : des gens qui souffrent de solitude - d’un manque total d’amour humain - et qui n’intéressent plus personne parce qu’ils sont trop malades - trop âgés - sans grande ressource morale et matérielle.
    - Apprends-nous à nous tourner vers eux, avec un visage et un cœur ouverts, avec un vrai dialogue pour subvenir à leur détresse, rompre leur solitude, remédier à leurs angoisses.
    * Seigneur, nous savons qu’il y a tout près de nous, comme au loin : des gens qui ne peuvent aller et venir librement - marcher - voir - entendre - parler... librement - Et nous qui jouissons pleinement de nos facultés - de notre corps - nous qui pouvons marcher et même danser - nous qui pouvons parler et aussi chanter - nous qui pouvons les voir.
    - Apprends-nous à les regarder avec tendresse ; nous qui pouvons les entendre, apprends-nous à les écouter avec amour.
    * Seigneur, nous savons qu’il y a tout près de nous, comme au loin : des handicapés - des malades - des détenus en prison - des vieillards dans des mouroirs qui souffrent, qui sont condamnés à brève échéance et sont terriblement diminués
    - Apprends-nous à communiquer de plain-pied avec eux et surtout, garde-nous de la pitié qui les dévalorise et nous fait honte à nous-mêmes. - Contre le scandale de leur différence et notre révolte, accorde-nous la grâce, si nous ne pouvons les comprendre, d’accepter tes mystères et les épreuves qui nous dépassent - Ne nous laisse pas oublier que nous sommes tous tes enfants, nés de ta grâce sur la terre pour se tendre la main pour se comprendre - pour s’aider et surtout, pour s’aimer les uns les autres.
    * Seigneur, fais de nos regards, des regards de paix.
    - Fais de nos mains, des mains qui soutiennent.
    - Fais de nos lèvres, des sourires de joie.
    - Fais de nos paroles, une parole de tendresse et d’amour.
    - Fais de nos vies, des vies à ton service.
    - Fais de nous ta présence.
    * Donne-nous cet amour de toi et du prochain, et, pour résumer toutes nos prières, apprends-nous à te dire :
    « Notre Père qui es aux cieux - que ton nom soit sanctifié - que ton règne vienne - que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel - donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour - Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés - Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivres-nous du mal - Car c’est à toi qu’appartiennent le règne la puissance et la gloire pour les siècles des siècles Amen

    Recevons la Bénédiction du Seigneur :
    « Que le Dieu-tout Puissant nous bénisse et nous garde - Qu’il nous remplisse d’une paix parfaite dans la foi, afin que nous soyons riches en espérance par la puissance du Saint-Esprit » Amen
    Nous chantons le Sp. 882 "Que la grâce de Dieu..."


    Un grand merci au Père Martin de la Roncière pour sa présence et à Nicole Palmieri au piano.

    Liturgie préparée par Michelle Raynaud (animateur de culte)















    Site hébergé par annonay.org
    l'Internet Associatif du Pays d'Annonay