ACCUEILACTUALITESFORUMMEDITATIONACTIVITES
DECOUVRIRSOLIDARITELA CIMADEORGANISATION EGLISETHEOLOGIE FORMATION
JOURNAL EDVECHOS...Partages bibliques
EGLISE PROTESTANTE UNIE DE FRANCE ANNONAYLundi 21 Octobre 2019Contact:
 
ECHOS...Partages bibliques
  • ECHOS...Partages bibliques
  •  Revenir à la rubrique 
    14ème Rencontre du Partage Biblique 2017-18 – Création

    1 rue de l'Hôtel de Ville - 11 mai 2018

    L’un d’entre nous, à lecture de compte-rendu de notre rencontre du 27 avril, a trouvé que nous étions terriblement sombres et pessimistes alors que, lorsqu’il avait lu le texte du psaume, il l’avait trouvé très joyeux, très optimiste ! Nous insistons sur les destructions opérées par l’homme et nous disons qu’il ne reste quasiment rien de beau. Certes, il y a bien des destructions, comme les carrières qui défigurent certains sites. Mais il faut bien construire nos maisons, il faut bien nous nourrir ! Faudrait-il renoncer à toute intervention dans la nature, surtout ne rien changer ?
    - Oui, le texte est très beau et comme le psalmiste, « je me réjouis dans le Seigneur » (v.34) même si l’homme fait des choses parfois épouvantables.
    - Ce qui me gène, c’est qu’aujourd’hui on ne sait parler que du négatif, alors qu’il existe aussi de très belles choses faites par l’homme ; la nature elle-même est loin d’être dégradée partout. Il n’y a pas que les fleuves asiatiques couverts de déchets traversant des villes enfumées comme on peut le voir sur certains diaporamas qui circulent sur Internet. Il existe aussi des hommes qui construisent du durable respectueux de notre environnement, des couples qui s’investissent dans la durée.
    - Cependant, si nous avons parfois l’impression que rien ne va, c’est certainement parce que les informations de masse ne présentent pratiquement que ça.
    - Ceux qui regardent la 2 ont pu constater que depuis pas mal de temps, la deuxième partie des journaux télévisés est presque toujours consacrée à de belles réalisations. Sur la 1, ça fait longtemps que le présentateur vedette met également en avant des personnes qui font de belles et bonnes choses.
    - Si tout le texte du psaume est dans la louange et l’admiration, il y a, à la fin, au v.35, une formulation qui fait tache : « … Que les pécheurs disparaissent de la terre, et que les méchants ne soient plus ! »
    - Moi aussi, j’ai été surpris et j’ai cherché à comprendre. Pour le psalmiste, dans cette création parfaite où Le Seigneur maîtrise tout, la mort, les volcans, les tremblements de terre et même Léviathan, il ne peut plus y avoir d’imperfection, il ne peut plus exister d’homme qui soit éloigné de Dieu.
    - Pour autant, on trouve de très nombreux passages bibliques où Dieu nous est présenté comme demandant l’extermination d’hommes, que ce soient des étrangers qui adorent d’autres divinités ou des membres du peuple élus qui l’ont abandonné ou se sont éloignés de lui.
    - Je suis pessimiste actuellement quand je vois à quel point la jeunesse, nos propres enfants et petits enfants sont loin de Dieu, sont dans l’ignorance totale.
    - Personnellement, je ne me laisse pas aller au pessimisme sur ce point. J’ai confiance en Dieu.
    - Pourtant, Dieu a besoin de nous pour être des porteurs de la bonne nouvelle, non ?
    S’ouvre alors un débat autour de notre liberté de chrétien et la possibilité pour Dieu d’agir directement, comme lorsqu’il appelle Abraham, Moïse et Paul plus tard, par exemple. Certains marquent leur pessimisme face à la situation actuelle, d’autres ne veulent pas de ce pessimisme.

    Nous poursuivons par la lecture du texte de François d’Assise proposé par Jean-Pierre Sternberger (JPS) dans notre livret d’accompagnement.

    Cantique de frère Soleil ou des créatures (François d'Assise)

    . Très haut, tout puissant et bon Seigneur, à toi louange, gloire, honneur, et toute bénédiction ;
    À toi seul ils conviennent, ô Très-Haut, et nul homme n'est digne de te nommer.
    . Loué sois-tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures, spécialement messire frère Soleil, par qui tu nous donnes le jour, la lumière : il est beau, rayonnant d'une grande splendeur, et de toi, le Très-Haut, il nous offre le symbole.
    . Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur Lune et les étoiles : dans le ciel tu les as formées, claires, précieuses et belles.
    . Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère Vent, et pour l'air et pour les nuages, pour l'azur calme et tous les temps : grâce à eux tu maintiens en vie toutes les créatures.
    . Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur Eau, qui est très utile et très humble, précieuse et chaste.
    . Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur notre mère la Terre, qui nous porte et nous nourrit, qui produit la diversité des fruits, avec les fleurs diaprées el les herbes.
    . Loué sois-tu, mon Seigneur, pour ceux qui pardonnent par amour pour toi ; qui supportent épreuves et maladies : heureux s'ils conservent la paix car par toi, le Très-Haut, ils seront couronnés.
    . Loué sois-tu, mon Seigneur, pour notre sœur la Mort corporelle à qui nul homme vivant ne peut échapper. Malheur à ceux qui meurent en péché mortel ; heureux ceux qu'elle surprendra faisant ta volonté, car la seconde mort ne pourra leur nuire.
    . Louez et bénissez mon Seigneur, rendez-lui grâce et servez-le en toute humilité !

    ----- un grand silence suit cette lecture -----

    - C’est une très belle prière
    - Nous retrouvons au début (4° ligne) l’impossibilité pour l’homme de nommer le Seigneur, ce qui nous renvoie au moment où Dieu demande à l’homme de nommer les animaux dans le deuxième récit de la création (Gen.2,20) : nommer c’est dominer, prendre possession. Impossible donc de nommer Dieu et interdiction même de prononcer son nom en hébreux. Dans la lecture à haute voix des textes bibliques, chez les juifs, on ne prononce pas le nom de Dieu (on ne sait d’ailleurs pas quelle est la prononciation) et on remplace ce nom par « Le Seigneur ».
    - Pour nous, c’est par Jésus que nous accédons à Dieu et pas autrement.
    - Dans l’ancien testament pourtant, certains récits nous montrent Dieu entrant en relation avec un homme, Moïse par exemple et dans le nouveau testament, il y a le récit de la conversion de Paul.
    - François d’Assise rencontre Dieu directement. C’est dans un songe que commence son changement de vie. De jeune bourgeois riche menant une vie assez dissipée et tournée vers la recherche de la gloire, il devient « réparateur de l’Église en ruine » selon un ordre reçu pendant une prière. Sa rupture avec son premier mode de vie inclut une rupture avec sa famille ; il va jusqu’à se mettre nu pour rendre à son père les vêtements qu’il porte, marquant ainsi son abandon total de l’héritage familial.
    - L’un voit les moines comme se sacrifiant en renonçant à une vie « normale », pour d’autres, le mot « sacrifice » ne convient pas, même s’ils mènent une vie difficile.
    - On se souvient de la description de deux formes de monachisme très opposées dans le film qui met en images le roman d’Umberto Ecco « Le nom de la rose ».
    - Dans le texte de St François, j’aime particulièrement le passage sur l’eau. Lorsqu’on voyage dans le désert, on change de regard sur l’eau, on apprend à la voir comme le dit le texte.
    - Toujours dans le texte, moi ce que j’aime, c’est le passage sur le pardon entre les hommes.
    - Dans ma famille on apprenait à demander pardon, simplement ; on prenait exemple sur des personnes tout à fait simples qui savaient le faire.
    - Dans ma vie personnelle, il m’arrive souvent de demander pardon à mon conjoint que j’ai tendance à bousculer. Je m’emporte et j’ai besoin d’en demander pardon.
    - Dans la grâce offerte gratuitement, le pardon est donné avant même qu’on ne le demande ! Il suffit de l’accepter. C’est une situation qui fait échapper à la culpabilité et qui donne de l’énergie pour avancer. Et pourtant, nous savons combien nos églises ont usé et abusé de la culpabilité, de la peur de l’enfer et de la condamnation éternelle.

    Pour en revenir aux questions proposées par JPS, j’ai un souci avec la 4 :
    - En quoi le fait de penser les autres vivants comme des créatures de Dieu peut faire évoluer notre regard sur la vie dans toute sa diversité ?
    J’ai l’impression que cette question oriente une réponse vers une attitude de respect des animaux telle que l’idée même d’en manger ou même d’utiliser leur production organisée par les agriculteurs (lait, œufs…) devient inimaginable, scandaleuse, donc interdite. Mais je ne veux pas devenir végétarien, ni végétalien, ni « Vegan ».
    - J’ai des petits enfants qui sont devenus végétariens, mais pour des raisons bien différentes pour chacun, l’un pour qu’on arrête de tuer des animaux, l’autre parce que l’élevage prend trop d’espace agricole qui pourrait être utilisé pour la nutrition humaine.
    - Il y a tout de même des façons assez respectueuses de la nature de produire des animaux pour les manger ou pour qu’ils nous donnent du lait ou des œufs. L’élevage en batterie n’est pas obligatoire et la maltraitance animale n’est pas une fatalité.
    - Dans le film « Urga » on voit un éleveur mongol qui reçoit un hôte. Il prend un animal pour le repas et le tue de façon presque « douce » en lui parlant, en le remerciant pour la viande qu’il donne.

    Une autre question de JPS m’interpelle, la 3 :

    - Pensez-vous que toutes les créatures ont été faites avec sagesse (v. 24) ?
    Je ne comprends pas pourquoi cette question. Je me demande même dans quelle mesure elle est légitime.
    - Nous avons dit qu’en Genèse 2, Dieu nous est montré comme quelqu’un qui reconnaît avoir fait une « erreur » dans sa création, puisque l’être humain créé ne trouve pas dans l’ensemble des autres êtres vivants créés une aide qui soit son vis-à-vis.
    - Ce texte présente Dieu ainsi, mais c’est un texte écrit par un être humain, c’est ce que pense ce rédacteur. Quant à ce que pense Dieu, cela ne nous est pas accessible

    Compte-rendu établi par J.P. Lechevalier avec l’aide de Marc Pattus.

    Les prochaines rencontres du groupe Annonay :
    toujours le vendredi, à 10h15.
    25 mai
    8 juin
    Et pour conclure l’année : le vendredi 22 juin 2018 avec Jean-Pierre Sternberger





    Site hébergé par annonay.org
    l'Internet Associatif du Pays d'Annonay